1. Givrée


    Datte: 31/12/2021, Catégories: fh, cadeau, nympho, fépilée, bizarre, revede, Voyeur / Exhib / Nudisme vidéox, BDSM / Fétichisme Oral pénétratio, Auteur: Roy Suffer

    J’avais accepté de filmer en vidéo le spectacle de fin d’année d’une école de danse. Ces petites associations ont beaucoup de mal à vivre malgré les abonnements aux cours, et le spectacle est un moyen de faire un peu d’argent, quoique l’essentiel des spectateurs soit composé des familles. Et puis il faut aussi faire un peu de publicité, payer la location de la salle, alors, alors… Vendre des cassettes du spectacle représente un complément non négligeable.
    
    Je dispose au boulot de trois caméras, j’en emprunte une supplémentaire et j’installe mon matériel pendant les ultimes répétitions sur scène, le « filage » comme ils disent. Une fixe en surplomb sur le balcon, le son connecté à la sono de façon à disposer d’une trame étalonnée permanente, deux autres fixes de part et d’autre de la scène et à niveau, et une mobile sur mon épaule. Je me réserve la possibilité de faire des gros plans, des vues depuis les coulisses, des plans au niveau du sol, etc. L’heure approche. Quelques vues de l’arrivée des « petits rats » portant tutus et déguisements, pâles d’anxiété et de trac, un rapide passage dans les vestiaires sans insister (faut pas faire voyeur !) et l’entrée progressive des spectateurs. Puis je monte dans mon perchoir pour déclencher la « une » dès que le noir se fera, je descendrai plus tard déclencher les latérales. Comme toujours, ce sont les plus jeunes en premier, qui me font immanquablement penser aux « petits canards patauds » de Nougaro. Les deux ou trois ...
    ... égarés me donnent l’occasion de plans assez comiques mais pleins de tendresse. Et la suite des niveaux s’égrène tranquillement, le niveau technique monte en même temps que le nombre de garçons diminue, les formes des jeunes filles s’affirment et même le groupe des adultes ose une prestation très applaudie. Tout le monde a ainsi fait « sa » présentation avant l’entracte. Pause, je change les cassettes.
    
    Le spectacle proprement dit commence après l’entracte, avec un peu de décor, des costumes, une musique choisie, un scénario, une chorégraphie. Tout le monde y a sa place, ne serait-ce que pour un peu de figuration ou pour agiter l’immense bande de satin bleu qui représente la mer. Et dans cette vague histoire d’amour, d’enlèvement, de pirates et d’île perdue, les filles extrêmement majoritaires doivent parfois jouer des rôles masculins et parfois même plusieurs rôles. Je fais quelques gros plans sur un pirate parfaitement réussi, qui se débrouille très bien avec sa fausse jambe de bois. La prestation doit être assez pénible, la jambe repliée doit être attachée à la cuisse, pointe tendue, et le tout camouflé dans un pantalon large de zouave. Seul mon zoom permet de voir la fausse moustache dessinée au crayon, et la jeune fille parvient à virevolter sur sa prothèse en moulinant de son faux sabre, le tout en mesure. Chapeau, je suis impressionné.
    
    Après l’’île enchantée, l’enlèvement par les pirates, le troisième acte est celui de la vente des esclaves. Des belles enchaînées ...
«1234...11»