1. Une vie pas comme les autres (7)


    Datte: 31/12/2021, Catégories: Lesbienne Auteur: zooph34

    ... temps avec ses amis le soir.
    
    — Allez, entrons, je te préviens Luce, tout le monde est à poil dans la maison.
    
    — Ne vous en faites pas, je suis naturiste aussi.
    
    Manon enlève sa jupe et son corsage, Luce fait la même chose, là, je peux constater que c’est vraiment un canon. Elles arrivent nues dans le salon. Je présente Luce qui fait son effet sur Sophie et Hubert, ils admirent cette magnifique jeune fille. Elle semble très à l’aise, elle a un paquet dans sa main, elle vient vers moi.
    
    — C’est un cadeau pour Manon, vous pouvez le mettre avec les autres ?
    
    — Bien sûr.
    
    Le met le cadeau avec les autres, il y en a au moins une dizaine, elles vont dans la chambre de Manon, les festivités doivent commencer vers dix-neuf heures. Tout le monde vaque à ses occupations, je dois passer devant la chambre de Manon, j’entends comme des gloussements, je me demande ce que ça peut être, ma fille aime-t-elle les filles ? Prise d’une soudaine curiosité, je frappe à la porte.
    
    — C’est maman.
    
    — Entre.
    
    J’ouvre la porte, Luce est dans la baignoire et Manon la caresse. Dans l’eau à travers le verre de cette baignoire, elle est encore plus belle, elle a des seins parfaits, un pubis bien rebondi, avec des anneaux sur les lèvres que je n’avais pas vus tout à l’heure. Je regarde Manon.
    
    — Maman, je te présente ma maîtresse, nous nous aimons, et je sais que tu comprends.
    
    — Bien sûr chérie, et je comprends d’autant mieux en voyant Luce dans cette baignoire. Mais tu me fais ...
    ... entrer dans ta chambre alors que vous avez une activité assez intime dirais-je ?
    
    — Maman, tu sais très bien que je ne te cache rien, et en plus, Luce connaît notre histoire, je peux te dire qu’elle trouve ça extraordinaire. Nous sommes un peu pareil, nous ne sommes pas exclusives.
    
    — Pas exclusives, ça veut dire que Luce n’est pas ta seule maîtresse ?
    
    — Et que je ne suis pas sa seule maîtresse, mais nous nous aimons et nous ne voulons que le bonheur de l’autre.
    
    — Comme ça, il n’y a pas de problème.
    
    — Tu la trouves comment ?
    
    — Chérie, tu le sais très bien, merveilleusement belle, je pense que c’est la même chose pour toi.
    
    — Oui, elle est merveilleusement belle, mais ce n’est pas tout, elle m’aime et je l’aime, et ça c’est aussi merveilleux.
    
    — Chérie, je suis très heureuse que tu aies trouvé le bonheur, mais il va falloir nous rejoindre, évidemment, tu connais la tenue de rigueur.
    
    — Bien sûr.
    
    Je retourne au salon, je préviens Sophie et Hubert, elle me dit qu’elle s’en était rendu compte tout de suite, leur attitude, la manière de se regarder, juste une question d’expérience. A dix-neuf heures précises, elles arrivent dans le salon, Hubert les installe sur le petit divan, nous, nous sommes sur le grand, de l’autre côté de la table basse. Je regarde ces deux magnifiques jeunes filles, je suis fière d’être la mère de l’une d’elle, elles se font un baiser de temps en temps, mais sans ostentation. Luce n’est pas une pudique, elle ne serre pas ses jambes, je ...
«1234...12»