1. Mes soirées de travesti à l'hôtel


    Datte: 29/11/2021, Catégories: h, hh, hotel, Voyeur / Exhib / Nudisme BDSM / Fétichisme hféminisé, Masturbation hgode, jouet, Transexuels Auteur: Sandra622

    ... pouces à l’intérieur, je le fais glisser d’avant en arrière sur ma peau en le remontant très haut sur mes cuisses pour mettre mes longues jambes en valeur. Je les attache aux huit jarretelles en m’assurant que les coutures de mes bas restent bien droites. En sentant la tension du nylon sur ma peau, le désir monte dans le creux de mes reins.
    
    Je termine en enfilant la nuisette satinée qui m’a fait craquer et en glissant mes pieds dans mes escarpins. Je fais quelques pas dans ma chambre pour m’habituer à mes talons aiguilles qui amplifient mon déhanchement et le balancement de mes fesses.
    
    Comme une fille, je m’applique à faire des petits pas en serrant les fesses et en croisant les jambes pour avoir une démarche plus fluide. Devant la glace, je contemple avec satisfaction cette femme qui marche les bras le long du corps, sans balancer les épaules, le bassin en avant tout en roulant des hanches d’une manière provocante.
    
    Mon désir montant crescendo, je ne peux empêcher ma queue de jaillir par la fente de ma culotte. Je glisse ma main sous ma nuisette pour me caresser sensuellement les seins tout en me masturbant avec l’autre… Je ne me lasse pas d’admirer dans la glace cette femme phallique qui prend des poses torrides devant la glace.
    
    Prise d’un besoin pressant, je prends plaisir à m’asseoir comme une fille sur la cuvette des w.c.. Je retrousse ma nuisette sur ma taille et j’abaisse ma culotte sur mes genoux dans l’espace laissé libre entre mes jarretelles et mes ...
    ... bas pour soulager ma vessie. J’attache toujours mes jarretelles par-dessus ma culotte, car c’est beaucoup plus élégant et sexy que de faire l’inverse, même si cela s’avère moins pratique aux toilettes.
    
    Revenant dans la chambre, je déplace mon lit pour le mettre face à la grande glace murale. Je passe un long moment à serrer mon gode de huit centimètres de diamètre entre mes cuisses en stimulant mon œillet par de petites pressions pour amplifier mon désir. N’en pouvant plus d’attendre, je l’enfonce doucement en moi. Chaque centimètre me comble d’un plaisir nouveau…
    
    Quelques instants plus tard, les frottements répétés de ma nuisette en satin sur mon gland et les habiles pressions exercées sur ma prostate provoquent l’écoulement d’un mince filet de sève qui se répand sur ma guêpière.
    
    Allongée sur mon lit, je multiplie mes plaisirs en utilisant mes plugs, spéculum, rosebud… sans dépasser le point de non-retour. Puis, à l’aide d’une pompe (vacuum), je fais grossir le mince ourlet qui borde mon œillet et qui s’est formé lors de mes nombreuses années de sodomies et de dilatations anales.
    
    Le vide d’air le fait gonfler peu à peu en lui donnant l’apparence de véritables lèvres vaginales. Je gémis doucement en enfonçant mon gode dans ce fabuleux manchon. Malgré sa grosseur, son gland bien formé facilite sa pénétration et sa hampe parcourue de grosses veines saillantes s’élargit progressivement jusqu’à sa base. Ces nombreux reliefs me font frissonner de plaisir lorsque je le ...