1. Une rencontre un peu particulière (3)


    Datte: 19/11/2021, Catégories: Lesbienne Auteur: Kama666

    ... donne.
    
    Les mains passent des épaules à la poitrine puis au ventre et descendent vers le pubis pour trouver ce que l’on n’a pas, un sexe glabre ou protégé d’une toison. Nous aimons nos différences, on les découvre, on s’y attarde, je la suis de plus en plus facilement dans ses gestes, on excite le clito, les doigts glissent entre les lèvres pour pénétrer le vagin. On reprend du gel et on se savonne de nouveau.
    
    Sandra me plaque face au mur autoritairement. De ses pieds, elle m’écarte les jambes. Elle commence à me masser les épaules, descend le long du dos, avant de me caresser les flancs et de s’emparer de mes seins. Elle les pétrit sans précaution avant de s’en prendre à mes mamelons.
    
    Elle continue sur mes hanches, se met à genoux. A nouveau elle s’en prend à mes fesses. Je sens sa bouche sur ma rosette, les mains écartent encore plus mes chairs qui se contractent, elle dilate le petit trou et le pénètre de la pointe de sa langue, jeu que j’ai toujours refusé à Jack. Je ne peux éviter de gémir. L’a-t-elle entendu ou ressenti ? Elle voudrait aller plus loin mais la nature l’en empêche.
    
    Elle masse mon anus d’une noisette de gel avant d’y planter profondément un doigt puis un second. La pénétration se fait sans résistance bien que la voie soit étroite. Les deux compères se complaisent dans ce lieu exigu, s’activent, se font de la place. Je subis et j’aime cette pénétration.
    
    Pour lui faciliter la chose et l’avoir plus profondément, je fléchis les genoux au point ...
    ... d’être assise. Je tremble sur mes jambes alors que Sandra accentue mon excitation en portant sa main libre sur mon sexe. Je vais défaillir, avec force elle me retient, mes genoux plient, je me fais pesante. Comme assise dans le vide, mes lèvres s’ouvrent, mon sexe baille, elle, au sol, le voit, y plonge directement trois doigts et presque immédiatement après, un quatrième. Dans l’autre orifice le pouce s’intercale entre les deux doigts.
    
    — Oufff ! Sandra je n’ai jamais été prise ainsi, c’est gros, c’est fort, vas-y branle-moi... plus ViiiTE !!!
    
    Je garde mon équilibre en m’appuyant de mes deux mains au mur, et pour accentuer la branlette de mon amie je commence avec des petits va-et-vient de haut en bas. Je me sens merveilleusement prise. L’eau de la douche me rappelle la fois où Jack m’a fait l’amour debout dans une forêt sous une pluie diluvienne.
    
    Ses doigts se retirent progressivement de mes orifices, elle m’aide à me relever et me retourne face à elle. Je lui souris, je suis heureuse, elle me prend par la taille et nous nous embrassons tendrement, amoureusement. Nos yeux expriment nos désirs, nos mains caressent et savonnent. Nous ne nous lassons pas de parcourir les courbes de l’autre, de nous frayer un chemin dans ses vallons.
    
    Mon amie me tourne le dos, face mur. Sans réfléchir, naturellement je me colle à elle, le ventre appuyé à ses fesses. Je la tiens par les épaules, l’embrasse dans le cou, lui mordille l’oreille. Sa tête part sur le côté pour mieux s’offrir ...