1. Chemins libertins (8)


    Datte: 13/10/2021, Catégories: Lesbienne Auteur: Jouissance62

    ... posa une main tremblante sur la gorge de son amie et la fit glisser très doucement jusque vers son sein gauche. Elle fut surprise par la fermeté du globe de chair. Elle délaissa enfin le cou d’Isabelle et ses lèvres descendirent lentement jusque sur les tétons de cette poitrine qui l’attirait comme un aimant. Elle prit délicatement un des mamelons et le suça avec délectation. La petite pointe de chair se dressa rapidement. Elle la mordilla, la taquina, tant et si bien qu’elle entendit bientôt de profonds soupirs sortir de la bouche de sa belle soumise. Se redressant, elle remonta la minijupe jusque sur le ventre d’Isabelle, et, saisissant le slip de dentelle, elle le fit glisser le long des cuisses somptueuses. Isabelle tressaillit en se sentant nue devant son amie.
    
    Elle avait maintenant un peu honte de se retrouver les cuisses écartées, la chatte totalement découverte, ses petites lèvres qu’elle avait très développées dépassant outrageusement de sa vulve.
    
    Annick ne lui laissa pas le temps d’avoir des remords et elle se jeta goulûment sur le sexe ainsi offert. Elle trouva enfin sous sa langue la saveur qu’elle imaginait les jours où elle se ...
    ... masturbait en rêvant de lécher un sexe de femme. C’était exactement ce qu’elle pensait, un goût acide et en même temps un peu sucré. Et ce petit clito qui roulait sous sa langue, c’était tellement doux, tellement chou, que ça la faisait mouiller abondamment. Prise de frénésie, elle se mit à manger littéralement le sexe d’Isabelle. Elle voulait s’imprégner de cette odeur, entrer sa langue le plus loin possible dans ce trou qui était devenu béant. Son amie se cambrait de plus en plus sous les ondes de plaisir qui traversaient son bas-ventre. Annick avait passé une main entre ses cuisses et caressait frénétiquement sa chatte. Elle mouillait terriblement et ses doigts étaient inondés de cyprine.
    
    Le clitoris de son amie avait doublé de volume et elle sentit aux contractions de ses muscles qu’elle allait jouir très bientôt.
    
    Isabelle fut terrassée par un orgasme fulgurant qui la fit crier à perdre haleine. Sa chatte envoya des jets de cyprine dans la bouche d’Annick qui les avala goulûment, se délectant de ces goûts nouveaux pour elles. A ce moment, submergée par les sensations de jouissance, elle se laissa totalement aller et cria elle aussi son plaisir. 
«123»