1. Chemins libertins (8)


    Datte: 13/10/2021, Catégories: Lesbienne Auteur: Jouissance62

    Chapitre VIII
    
    Annick était allongée nonchalamment sur le canapé, regardant à la télé une émission décidément débile. Elle zappait entre les diverses chaînes quand le téléphone sonna.
    
    — Salut, c’est Isa.
    
    — Bonjour ma puce, tu vas bien ?
    
    — Ouais, ça va pas mal, un petit peu crevée, mais bon, c’est pas trop grave. On se voit ?
    
    — OK, maintenant ?
    
    — Oui, sans autre, je viens chez toi ?
    
    — Pas de problème, je t’attends, tu verras, j’ai tout plein de choses à te raconter.
    
    — Hum, tu m’intéresses, bon ben à toute.
    
    Isabelle, son amie de toujours. Elle était un peu plus jeune puisqu’elle avait tout juste vingt ans. Par contre, elle était aussi délurée qu’elle. Elle avait un corps bien dessiné avec une paire de seins parfaits et un joli petit cul qui devait passablement fasciner les mecs. D’ailleurs, le frère d’Annick était tombé dans ses filets et depuis n’en était plus ressorti.
    
    Annick se surprit à penser que cette fille lui faisait vraiment de l’effet et que de poser ses lèvres sur son clito ne lui aurait pas déplu. Cette envie de femmes lui était venue un jour qu’elle avait regardé un film de lesbiennes avec Arnaud. De voir ces chattes imberbes, mouillées de cyprine et ce petit bout de chair tout dressé, lui avait tourné la tête. Ce jour-là, elle s’était déchaînée sur le sexe de son amant. En fait, ce qui lui plaisait surtout, c’était de voir les lèvres du sexe débarrassées de tout poil. C’était tellement plus joli et excitant que ces jungles qui ...
    ... cachaient tout. Là au moins, le sexe de la femme était mis en valeur et attirait la bouche ou les caresses. Elle savait déjà que Isabelle se rasait la chatte tout comme elle. Alors, rien n’empêchait que "quelque chose" se passe entre elles.
    
    Elle se sentait désirable, vêtue d’un kimono de soie et prête à s’envoyer en l’air avec sa meilleure amie. Il s’agissait de manœuvrer habilement pour ne pas effaroucher la belle chatte, mais elle savait que si elle lui racontait par le détail ce qui s’était passé chez Eliane, elle allait être assez excitée pour ne pas se refuser à elle.
    
    Le carillon de la porte la sortit de sa rêverie et se levant rapidement, elle alla ouvrir à son amie. Celle-ci était habillée d’une petite minijupe ne couvrant presque rien de ses jolies cuisses et d’un chemisier blanc, assez déboutonné pour qu’un regard un petit peu insistant devine l’absence de soutien-gorge. Elles s’embrassèrent sur la joue et se dirigèrent vers le salon où Isabelle s’écroula dans un fauteuil.
    
    — Alors, raconte, lui demanda Annick.
    
    — Non, toi d’abord.
    
    — Pas question, tu sais très bien que c’est à toi de commencer.
    
    — Bon, OK, alors écoute bien, car c’est vraiment excitant. Hier soir, Thierry avait pris une cassette de cul. Génial, ça faisait longtemps que je n’en avais plus vu une de cette qualité. Il y avait de tout, des lesbiennes, des sodomies, des doubles pénétrations et même une scène ou une femme se faisaient pisser sur les seins. Je te dis, c’est l’une des premières fois ...
«123»