1. La diablesse du Périgord


    Datte: 12/01/2018, Catégories: Première fois Inceste / Tabou Auteur: matlr

    J’avais passé la journée à tourner dans Bergerac, notant tout ce qui valait la peine de figurer dans notre guide touristique. Maintenant, la nuit était tombée et en sortant de ce restaurant typique du vieux quartier que je venais de tester, je voulais voir ce qu’était le Bergerac nocturne. Je descendis vers la Dordogne. Une brume épaisse montait de la rivière. J’apercevais à peine la silhouette fantomatique d’une gabarre amarrée au quai. Un froid humide s’insinuait sous ma chemise légère, me donnant la chair de poule. Pas âme qui vive à l’horizon. Les bruits de la ville ne parvenaient même pas à percer le brouillard de plus en plus compact qui m’enveloppait Sur la petite place qui bordait la rive, mon regard fut attiré par un halo lumineux rouge sur la façade d’un bâtiment.
    
    Deux lampadaires diffusaient une lumière blafarde qui me permettait à peine de me diriger vers cette lueur sans buter dans les bancs, les poubelles et autres mobiliers urbains qui encombraient la place.
    
    C’était une enseigne lumineuse au-dessus d’une lourde porte. On pouvait lire « La Diablesse » en lettres de néon ! Une taverne ? Une boite ? C’est bizarre, cet après-midi, sous le soleil, je ne l’avais pas remarquée.
    
    Je poussai la porte et me retrouvai dans une pièce toute décorée de rouge, à l’atmosphère chaude et feutrée…
    
    Pas un chat dans la salle ! Ha, si, au fond il y a une magnifique rouquine flamboyante derrière une espèce de bureau. Pas de bar, pas de tables, pas de pianiste, ça ...
    ... ressemble plus à un bordel minable qu’à un night-club.
    
    — Venez, cher ami, je vous attendais. Approchez, j’ai une proposition à vous faire.
    
    Elle doit dire ça à tout le monde et ce soir, tout le monde, c’est moi tout seul !
    
    — Voilà, contre une signature en bas de ce contrat, je réalise vos trois vœux les plus fous. Amour, sexe, argent, réussite, tout est possible. Entre nous, moi aussi j’ai un contrat : je dois faire signer au moins un homme chaque nuit sinon je finis mes jours à rôtir à petit feu ! Le patron ne rigole pas ! Soyez sympa, vous êtes le seul client de la soirée !
    
    Quel bagou ! Elle a un sourire à faire fondre la banquise. C’est une approche très amusante et tout à fait innovante dans ce genre d’endroit. Je me prête au jeu.
    
    — Vous voulez quoi en échange, à part mon numéro de carte bleue ?
    
    — Mais votre âme, bien sûr !
    
    — Bien sûr, mon âme, j’aurais dû m’en douter ! Vous devriez jouer dans Faust ! Et côté vœux, je peux demander quoi ?
    
    — Tout, mais attention, c’est irréversible. Dès le premier vœu réalisé, votre âme est à moi, euh non, à mon patron ! Allez, signez et vous pourrez mettre la main dans mon corsage si ça vous chante, plutôt que de baver dessus !
    
    C’est vrai que j’avais les yeux rivés à son décolleté provocant… Bon, vérification faite, ce contrat n’est pas un chèque en blanc, ni une reconnaissance de dette, mais bien une sorte de bon d’échange de trois vœux contre mon âme. Je peux signer ! C’est drôle et ça me fera un souvenir ! Quelle ...
«1234»