1. Mélissa, ma jolie jeune black soumise. (6)


    Datte: 10/06/2021, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: tomy83

    ... senti mon flot de sperme l’envahir, se relève et m’embrasse.
    
    — Merci, Jean, pour cette formidable journée.
    
    On se sépare de ce groupe et on retrouve, tant bien que mal, tous nos vêtements et ma bagnole. On se regarde et on explose de rire. Une nana, apparemment esseulée veut rentrer avec nous. Ce qu’on refuse. On se barre vite fait, sans demander notre reste.
    
    — Je peux te dire quelque chose, Jean ?
    
    — Bien sûr.
    
    — Je te préviens, ça risque d’être long...
    
    — Pour toi, j’ai tout mon temps. Dis-je en me garant sur une aire aménagée. Je t’écoute.
    
    Elle se racle la gorge, se met de côté et pose ses mains sur ses cuisses.
    
    — Tu es un amant merveilleux. Tu as presque compris ce que j’attends de toi...
    
    — Presque ?
    
    — Oui, je sais que tu m’aimes, même si cela te gêne et que tu n’oses pas me le dire. Je m’en fous. Je suis bien avec toi. Malgré mes rondeurs, tu as fait de moi une accro au sexe. Mais je veux découvrir d’autres choses. Je sais que la pente sera glissante, mais avec toi je suis prête à tout. Je sais que tu seras prévenant, attentionné et... Un peu paternel. Je t’ai offert mon corps et toi tu n’oses pas en abuser. Ce que je t’ai dit l’autre jour... Tu te souviens ?
    
    — Vaguement, j’étais plus obnubilé par ton corps que par tes paroles...
    
    — Je t’ai demandé de faire de moi ce que tu désirais, ta pute, ta salope, ton esclave, ta chose, ta soubrette...
    
    — Oui cela je m’en souviens.
    
    — Tu es trop gentil dans ta façon dont tu me baises. J’ai envie ...
    ... de quelque chose de plus brutal. De plus...
    
    Je l’arrête dans sa tirade et lui dis en lui caressant la joue :
    
    — Chut, je sais. Je t’ai dit qu’il fallait que je connaisse ton corps et ses limites. Je ne veux pas aller trop vite, pas comme avec mes anciennes élèves. J’ai envie de te garder, te chérir et de faire de toi mon...
    
    — Esclave ?
    
    — Oui. Mais cela risque d’être plus long que prévu. Ton corps est presque parfait. Il ne manque que quelques détails.
    
    — Lesquels ? Je ne suis pas assez bien pour toi ?
    
    — Ô que si et c’est bien ce qui me trouble.
    
    — Ah, bon ?
    
    — je peux être franc avec toi ? Tu ne vas pas te sauver en courant ?
    
    — Hum, dis-moi. S’te plaît.
    
    — La semaine prochaine je vais te marquer et te faire percer les seins, la chatte et la langue...
    
    — Hum, j’ai hâte d’y être. Finit-elle en se remettant bien assise sur son siège.
    
    — On ne s’assoit pas comme cela quand on est avec moi ! Enlève ton short !
    
    Et c’est avec une jolie black à demi-nue que l’on rentre chez moi.
    
    19 h 00. Elle me sert un pastis, un Martini rouge pour elle. Elle est au petit soin pour moi. Je la regarde plus que de raison. Elle me demande ce que j’ai. Elle se sauve dans la cuisine pour préparer le repas. Ce sera lasagnes réchauffées aux micro-ondes et salade. Cela me va. On mange avec un excellent rosé. Elle débarrasse, fait la vaisselle sans rechigner. Je sais que je vais faire d’elle ce qu’elle désire. Une bonne soumise. Je sais que c’est son désir le plus profond... ...