1. début de vacances (fiction)


    Datte: 24/05/2021, Catégories: Hardcore, Lesbienne Sexe Interracial Auteur: jeanb69

    ... leurs langues se trouvent, s’enroulent. Elles s’enlacent, leurs gros seins pressés les uns contre les autres, leurs jambes entremêlées. Après de longues minutes de fusion, Béa se libère et reprend son souffle. La négresse la prend par la main, l’entraîne et lui prend la taille. Béa lui pose une main sur les fesses, et elle s’en vont, tendrement enlacées.
    
    "Je m’appelle Béa
    
    — Moi, c’est Maïté. On se tutoie ?
    
    — Tu viens de loin ?
    
    — De la Guadeloupe"
    
    Les deux jeunes femmes quittent la plage. La négresse et la blonde, superbes, leur peau luisant au soleil, leur poitrine insolemment volumineuse, leur cul ferme et nerveux constituent un spectacle extraordinaire.
    
    Effectivement, Maïté habite à 2 pas, une jolie petite villa dans un jardin entouré d’une haute haie.
    
    A peine ont-elles refermé le portail du jardin, qu’elles recommencent à s’embrasser goulûment. Mais cette fois, très vite, Béa s’enhardit. Elle a saisi le sein gauche de Maïté. Il est lourd et ferme. Elle effleure le téton, très gonflé, commence à le titiller, à le pincer entre le pouce et l’index. Maïté réagit en lui pétrissant les fesses, les caresse, les écarte pour glisser son doigt dans le fente du cul.
    
    Sans arrêter de l’embrasser, Maïté l’attire vers le bord de la piscine. Les deux femmes s’allongent sur les dalles chaudes, et se caressent mutuellement les seins en continuant leurs jeux de langue. Béa écarte les cuisses. Le tissu doré de son string dessine la forme de sa moule gonflée. Elle ...
    ... prend la main de Maïté, et la pose sur son sexe. Maïté commence à la caresser à travers le tissu. Béa ondule du bassin. Elle écarte elle-même le string pour libérer sa moule. Elle a le pubis rasé. Sa moule est gonflée, son clitoris, d’une taille inhabituelle, palpite en attendant les caresses.
    
    "Toi aussi, tu te rases ?
    
    — Oui, j’adore ça, voir ma petite moule toute lisse
    
    — Regarde, moi aussi je suis épilée
    
    — C’est drôle, cette fente toute rose sur ta peau noire. On dirait un bonbon à la fraise.
    
    — Tu veux goûter ?"
    
    Maïté s’accroupit, approche son sexe du visage de sa compagne qui n’hésite pas un instant. Elle s’empare goulûment du fruit juteux qui lui est offert. Elle s’attendait à un goût âcre, mais la négresse s’est parfumé la moule, qui sent effectivement la fraise. Elle commence à la lécher délicatement, entrant le bout de sa langue entre les lèvres, remontant vers le clitoris qu’elle se met à sucer. La négresse, la tête rejetée en arrière, se masse les nichons, d’abord doucement, puis de plus en plus violemment à mesure que sa compagne accentue sa succion. Elle est très excitée, s’empare de ses tétons, les étire, puis commence à se secouer les seins. Le spectacle est extraordinaire. Béa se branle ardemment le clitoris.
    
    "On est folles
    
    — oui, on est folles, mais que c’est bon, ! continue, suce-moi le bouton, je jouis, je vais exploser. Vas-y, branle-toi, viens avec moi… Ah, tu lèches comme une déesse.
    
    — Vas-y continue à secouer tes gros seins, ça ...
«1...3456»