1. début de vacances (fiction)


    Datte: 24/05/2021, Catégories: Hardcore, Lesbienne Sexe Interracial Auteur: jeanb69

    Le TGV fonce à travers la campagne normande. Bercée par les mouvements de roulis, Béa somnole. Elle ne porte qu’un mini-short en coton blanc, et un petit bustier blanc sans bretelles qui met bien en valeur sa fabuleuse poitrine. Elle ne porte pas de soutien-gorge ; malgré leur volume énorme, ses appâts n’en ont pas besoin, tant ils sont fermes. Chaque mouvement du train fait tressauter ses gros seins ronds, arrogants, qui dardent leurs tétons sombres et gonflés à travers le tissu.
    
    Face à elle, un jeune couple ne rate rien du spectacle : elle est blonde, très jolie, habillée elle aussi très légèrement : une mini-jupe en jeans qui sublime ses longues cuisses bronzées, un petit tee-shirt qui découvre son ventre plat et musclé, orné d’un diamant dans le nombril ; lui est noir, relax, en short et tee-shirt. Elle ne porte pas non plus de soutien-gorge. Ses seins sont moins imposants que ceux de Béa, sans être pour autant menus : de la taille de jolis pamplemousses, ils balancent librement quand elle se penche en avant.
    
    Béa n’a rien remarqué des regards inquisiteurs de ses compagnons de voyage. L’eût-elle fait, qu’elle n’en aurait pas été pour autant gênée : elle adore s’exhiber, elle adore sentir sur elle des regards chargés de désir. Béa somnole, perdue dans une rêverie fort sensuelle. Elle se souvient de ce qu’elle a vécu l’été dernier, à pareille époque, sur la plage où elle va à nouveau passer une semaine de vacances.
    
    Elle était pareillement seule, souhaitant s’ouvrir ...
    ... à toutes les aventures qui se présenteraient.
    
    Dès le premier jour, lorsqu’elle s’était rendue sur la plage, elle avait remarqué la splendide noire qui prenait le soleil, seule sur un drap de plage. La jeune femme était superbe, sa peau noire luisait au soleil, son corps musclé et nerveux, dégageait une réelle sensualité. Couchée sur le ventre, elle ne portait qu’un joli string vert fluo qui séparait ses petites fesses rondes. Béa s’était installée près d’elle. Elle s’était lentement dévêtue, libérant d’abord sa formidable poitrine du petit top qui la cachait à grand peine, ôtant ensuite sa jupe pour ne garder que son string doré qui flattait son teint bronzé. Elle avait rapidement engagé la conversation, questionné sa voisine sur la plage, la mer, les distractions du lieu. Les deux femmes avait rapidement sympathisé.
    
    Après 5 minutes, Béa s’était accroupie face à sa voisine en la regardant fixement, le dos cambré, les seins dardés, les jambes légèrement écartées pour qu’elle puisse apercevoir sa moule gonflée sous le fin tissu. La jeune noire l’avait observée avec intérêt lorsqu’elle avait commencé à s’enduire la peau d’huile solaire, caressant ses mollets, ses cuisses, ses fesses, ses seins avec application. Béa avait tout de suite flashé pour la superbe négresse et avait décidé de la séduire. Quoiqu’elle préfère les hommes, elle n’avait jamais regretté les aventures lesbiennes qu’elle avait pu avoir. Apparemment très intéressée au manège de Béa, la jeune fille s’était ...
«1234...»