1. Laetitia 05


    Datte: 01/04/2021, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: bylapassagere

    Dominique se trémoussait sur sa chaise et encore une fois elle a décrété une pause. J'avais hâte de finir de déballer mon sac. Elle m'a laissé avec Alain qui m'a lorgné un instant avant de tourner son attention vers le petit calepin de Dominique. J'avais l'impression qu'il rougissait. De toute l'absence de Dominique, il ne m'a pas adressé la parole. Il s'est retourné un moment vers une caméra fixée au mur derrière lui, puis il a continué la lecture du calepin jusqu'à ce que Dominique revienne avec trois bouteilles d'eau. Elle m'en a tendu une.
    
    — Je crois que cela nous fera tous du bien. En as-tu pour longtemps encore?
    
    — Non, non, il ne me reste que la fin de la journée de jeudi et la journée d'hier à vous décrire. Vous allez comprendre toute l'horreur de ma situation.
    
    — Bon, alors continue Laetitia.
    
    Elle a repris son calepin en échangeant un coup d'œil complice avec Alain. Moi j'ai repris la description des évènements.
    
    ***
    
    J'étais debout dans le stationnement du café bondé. J'ai tiré sur ma jupe pour essayer de couvrir un peu plus mes fesses. Je voyais que des patrons de l'établissement s'étaient retournés et me regardaient par les grandes glaces. L'auto de Timéa était déjà près de la sortie du stationnement et moi j'étais figée en place. Je savais mon corps exhibé avec la tunique et la petite jupe. Je n'avais aucun sous-vêtement. Et mes escarpins avec les talons de 12 cm ainsi que mon maquillage n'aidaient en rien mon apparence. Les gens devaient penser que ...
    ... j'étais une péripatéticienne et non une infirmière...
    
    Lentement, je me suis mise en marche vers l'entrée du café suivi du regard par plusieurs clients. Je cherchais déjà Marie-Line. Je ne l'ai reconnue que lorsque j'ai traversé le premier tiers du café bondé. Elle était assise dans un fauteuil de cuir profond et elle avait une tablette en main. Elle me faisait dos. Deux fauteuils étaient libres près d'elle. Les trois sièges étaient disposés en rond autour d'une petite table basse en bois.
    
    Je me suis approché et j'ai placé une main sur son épaule pour attirer son attention. J'espérais qu'elle se lève et que nous quittions le café immédiatement. Bien sûr, elle n'a rien fait de cela.
    
    — Laetitia, quel bonheur de te retrouver! Je comprends que tu as eu une belle journée chez Sussi.
    
    Elle ne se levait pas. Tout au plus, elle s'est retournée et elle a placé une main par-dessus la mienne qui était maintenant sur le dossier du fauteuil. Elle a caressé mes ongles un instant puis elle s'est retournée un peu plus.
    
    — Laeti, je ne t'avais pas présenté ma mère, n'est-ce pas.
    
    Au même moment, j'ai senti une présence près de moi. Je me suis retournée et je me suis pratiquement évanouie. La femme du directeur général de la maison de retraite était devant moi avec trois gros cafés couverts de crème.
    
    — Bonjour Laetitia, que tu as changé!
    
    Elle s'est penchée vers moi pour m'offrir la bise. J'ai dû me pencher plus qu'à l'habitude parce que les cafés créaient un obstacle entre ...
«1234...12»