1. SEULE DEVANT MA TV


    Datte: 22/02/2021, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme Masturbation Auteur: Gargantuaz

    Que le temps est long lorsqu'on est omnibulé par ses désirs. On est comme assis sur la trotteuse d'une horloge, attendant longuement qu'elle tourne pour pouvoir enfin en tomber. Mon horloge, bien réelle quant à elle, affiche une heure tardive où je devrais déjà être couchée. Mais allongée dans mon canapé je suis la proie de mes envies les plus inavouables, de mes fantasmes les plus démesurés, de mes pulsions les plus envoûtantes. Et si je me laissais donc glisser à y penser, rien qu'une minute, pour voir où est ce que mon esprit m'emporterait. Aussitôt dis aussitôt fait ! Il ne m'a fallu que très peu de temps pour me laisser dominer par ces situations érotiques cachées quelque part derrière la bonne éducation qui fait mon esprit civilisé. Le déclencheur fut peut être ma détente totale, allongée a demi-nue sur mon canapé d'un blanc immaculé, seule et si vulnérable aux démons de la sensualité. Ces même démons qui ont fait de moi cette personne si gourmande en extase, si ouverte aux délices du libertinage, si tentée par les desserts du fantasme, ce beau et gros gâteau à la crème dont on ose pas toucher de peur de grossir mais dont on fini toujours par prendre une part tellement il excite nos sens. Et peu à peu, me voyant manger à pleine bouche ce gâteau défendu, mon esprit s'évade à de nouvelles envie de folies.
    
    Que j'aimerai être dans une de ces situations qu'on ne voit que dans les films de série B, teinté d'humour et de fiction, ou le sordide prend parfois une couleur érotique. Une de ces situations qui n'existe pas dans nos vie bien réglée. Mais rien ne m’empêche au demeurant, d'y succomber de façon plus fantasmagorique et égoïste, car sans m'en rendre vraiment compte, ma main avait déjà glissé vers la partie la plus intime de mon anatomie. Le geste est encore timide et indécis, comme si mon esprit attendait une situation bien concrète pour se laisser aller à un massage clitoridien digne de ce nom. Alors je pense à tous ces moments dont moi seul a le secret, ces instants de fougues et d'évasions sexuelles entreprenante et si bien accompagnées. Ces scénarios érotiques, ces lieux insolites, ces positions si excitantes, la chaleur de son corps, la pression de ses hanches sur les miennes, son souffle frénétique, sa pénétration énergique. Mes yeux se clorent, doucement, et je le vois, nu et cambré, me faisant l'amour sans ménagement, me dominant sexuellement. Je l'imagine ainsi, me baisant bestialement, sa bouche au creux de mon cou, me susurrant ces petits mots vulgaires et excitants qui me prennent par la main et m’emmènent au pays du désir et de l'interdit. Je le sens vibrer, lui, ce grand chef du plaisir, mordant mon épaule comme s'il voulait goûter au plat de désirs qu'il allait me servir, rajoutant généreusement toutes ces sauces fines et épicées d'érotisme exacerbé. Sa bouche descendant doucement entre mes seins, sa langue s'attardant sur le galbe du droit pour enfin remonter et prendre à pleine bouche mon téton gauche. Qu'elle sensation ...
«1234...»