1. Amour en musique 12


    Datte: 22/02/2021, Catégories: Entre-nous, Hétéro Auteur: Mysterious1991

    ... vie.
    
    – Benoit ! Tu es à moi, et je compte bien en profiter...
    
    Elle m’a saisi les fesses et m’a rapproché d’elle. Elle a descendu le pantalon le long de mes jambes. Je l’ai enjambé. Moi aussi, j’étais presque tout nu. Je ne portais plus que mon boxer...
    
    ----------------
    
    "Où, Laura?"
    
    Laura avait fini de me retirer mon pantalon, et je lisais facilement sur son visage une expression de jubilation. Mon pantalon enlevé, c’était symbolique à ses yeux : elle jouissait de ce moment parce que de par ce geste anodin, j’avais exprimé mon désir et mon consentement. J’avais exprimé mon envie de faire l’amour, moi aussi. De faire l’amour avec elle. De lui faire l’amour.
    
    Je t’aime de Michel Polnareff…
    
    Nous nous appartenions, l’un et l’autre. L’un à l’autre.
    
    Elle ne portait plus que son tanga en dentelle, couleur bleu poudre…
    
    Je ne portais plus qu’un boxer noir. Et à l’intérieur se dessinait… une bosse proéminente, prononcée. Prometteuse. Symbole de ma virilité, de mon excitation… et de mon désir. De mon désir de lui faire l’amour. Je ne pouvais plus la cacher, cette bosse à l’intérieur de mon sous-vêtement. Je ne le voulais pas. J’en étais fier. J’en étais tout ému.
    
    Nous étions désormais à égalité, et nous jouissions d’être sur la même longueur d’onde. Ça nous permettait de nous savourer encore plus. Toujours plus.
    
    Nos visages étaient collés l’un contre l’autre, et nous nous embrassions et nous nous roulions des pelles, comme bon nous semblait. Personne n’allait nous en empêcher. Et nous ne nous faisions pas prier.
    
    – Je t’aime, Benoit…
    
    M’a murmuré Laura à l’oreille…
    
    Elle avait toujours les bras pendus à mon cou et c’était ainsi qu’elle s’agrippait à moi et aussi qu’elle me retenait prisonnier.
    
    Nous étions l’un contre l’autre, et nos corps se frottaient. Ainsi, je pouvais aisément sentir la magnifique poitrine de Laura contre mon torse. Ça me faisait toujours autant un je-ne-sais-quoi que de sentir la volupté de ses seins contre ma peau.
    
    – Je suis si bien avec toi, Benoit...
    
    M’a murmuré de nouveau Laura à l’oreille…
    
    Rien. Absolument rien n’aurait pu briser le charme de ce moment.
    
    Fantasy de Earth, Wind and Fire…
    
    Dans un instant d’abandon de moi, j’ai retiré une main de la chute des reins de ma partenaire, là où elle était posée depuis un petit moment, et je l’ai déposée sur son sein gauche. Dès lors, la main en question a palpé ce sein et les doigts en effleuraient le téton.
    
    – Ah...
    
    Ah ?
    
    Laura avait soupiré.
    
    Elle prenait du plaisir quand je m’occupais de ses seins.
    
    – Benoit...
    
    Elle a prononcé mon prénom d’une voix aiguë. Comme si…
    
    – Benoit… Ah...
    
    Elle avait toujours son bras autour de mon cou.
    
    – Benoit… Benoit… Benoit...
    
    Elle prononçait mon prénom mais elle haletait. A croire que ma main, à elle seule, lui procurait des vagues quand je caressais son sein et que je titillais son téton.
    
    Moi, j’étais sous le charme de ses gros seins, bénis des dieux.
    
    – Tu les aimes, mes ...
«1...345...»