1. Le Resort (6)


    Datte: 13/01/2021, Catégories: Trash, Auteur: simson3

    (Nda : Les lecteurs auront intérêt à lire ou relire ‘l’Envol des tourterelles’ afin de mieux saisir le sens de certains passages)
    
    Après la prise rapide du lunch, contrairement à la recommandation de Caroline, je me dirige vers la plage, section 1, plutôt que vers ma chambre, afin de profiter de ce qui me semblera vraiment être un jour de repos. En effet, la journée est encore jeune, le temps, radieux et j’apprécie déjà la chaleur du soleil et la douceur du sable chaud.
    
    Je préfère porter simplement mon caleçon bikini gris pâle utilisé normalement la nuit. Je le trouve plus léger qu’un maillot serré, laissant tout mon épiderme fraîchement épilé respirer à son aise.
    
    Autour de moi, mais à distance raisonnable, des hommes et des femmes, étendus sur leur serviette, profitent à leur tour du beau temps. Certaines filles sont topless, d’autres gens, plus dégourdis, sont en nu intégral. Les tabous, la pudeur, tout ça semble inexistant ici.
    
    Des cris enjoués diffusent ici et là, certains provenant de la mer qui paraît chaude et invitante. La baignade ne me tente pas pour autant. Je préfère demeurer sur la plage à méditer toute cette aventure dont j’ignore vraiment la suite, du moins pour le moment.
    
    Tournant la tête, j’aperçois des G. A. S. patrouiller les environs, se faisant les plus discrets possible. En y portant attention, on peut apercevoir des membres Sélects du Club, appareil mobile en main, à la recherche de leur prochaine ‘victime’ qui, une fois abordée, ne semble pas trop s’opposer à la requête qui lui est adressée et se met à suivre docilement leurs requérants.
    
    « Bonjour, m’sieur Simon ! me dit une belle voix d’enfant. »
    
    Surpris de me faire appeler encore par mon nom plutôt que mon matricule 622, j’aperçois, me tournant la tête, une attirante silhouette s’approcher de moi.
    
    « Ah ! tiens, salut Catherine ! Tu viens profiter du beau temps ?
    
    — Dre LeBel m’a donné congé cet après-midi. Nous avions des patients à recevoir ce matin seulement. Elle m’a laissé sortir en me disant qu’elle se débrouillerait seule pour faire les dossiers. »
    
    Je suis toujours assis sur ma serviette. Elle me toise de sa hauteur.
    
    «My my, je vois que tu es déjà passé au rasoir. Ils t’ont fait une belle job ! Je peux voir ton mouchard ? demande-t-elle en se penchant sur moi »
    
    Sans dire un mot, je me place à plat ventre. Catherine s’accroupit et tire ma culotte vers le bas. Je sens la fraîcheur de la brise sur ma raie entière. À deux mains, elle m’écarte délicatement les fesses. Ses doigts chatouillent le pourtour de ma rosette.
    
    « Hum, 622. On est maintenant loin de mon 537. »
    
    Faisant une légère traction sur le plug, elle me voit grimacer :
    
    « Wow, ils t’ont pas manqué ! C’est vraiment un gros calibre qu’ils t’ont planté là. Ils veulent probablement pas que tu le perdes en pétant trop fort après avoir mangé des ‘bines’ !
    
    — Heureusement, ce sont des mains délicates qui l’ont mis en place.
    
    — La Caroline au dragon, je parie ?
    
    — Tu la ...
«1234...»