1. Maman offerte et soumise 3


    Datte: 13/01/2021, Catégories: Inceste / Tabou Auteur: Grandpervers

    ... passait devant eux avec son plateau. Puis l’un d’eux fut plus entreprenant. Il la fit basculer dans le sofa où il était assis.
    
    - Léo, tu sais qu’elle est vraiment excitante ta mère ? Elle me fait bander depuis des années !
    
    - C’est vrai ? Alors amuse toi mon pote !
    
    Le gars ne se fit pas prier. Devant tout le monde, il commença à caresser ma mère partout, ses jambes, ses seins, puis descendit vers sa chatte, entourant avec délectation les doigts dans les longs poils doux de son sexe. Puis il se mis a la doigter. Ma mère, passive, laissa les doigts impatients du jeune homme explorer son vagin.
    
    En peu de temps,elle se retrouva entièrement livrée à l’appétit de ces jeunes mâles affamés.
    
    Plusieurs autres gars s’étaient rapprochés, se pressant les uns contre les autres pour essayer de toucher une partie de son corps, ses seins, sa chatte, son cul. Ma mère avait des mains partout, était un peu débordée. Un des mecs (d’ailleurs un de ceux qu’elle connaissait depuis que lui et Léo étaient enfants) avait même sorti sa queue et essayait de la mettre dans sa bouche.
    
    Léo dut intervenir.
    
    - Ho, les copains ! Tout doux ! Il y en aura pour tout le monde. Allez, on va s’organiser : si vous voulez qu’elle vous suce, mettez vous en rang et sortez votre queue.
    
    Obéissants, tous les garçons se mirent les uns à coté des autres et sortirent leur queue. C’était surréaliste, tous ces jeunes mecs la queue à l’air. Docilement, ma mère se positionna devant le premier qui bandait déjà bien, et le suça avec application. Puis elle passa au deuxième, et ainsi de suite. Lorsqu’elle avait bien sucé une queue, elle passait à la suivante...
    
    Le pire pour ma mère était que quelque part, même si elle mourrait de honte, elle aimait bien ça, avoir toutes ces queues dans sa bouche, toutes différentes, en taille, en texture, en goût.
    
    "Je suis une salope" se lamentait elle intérieurement.
    
    Tout d’un coup elle arriva sur une belle queue qui lui rappela quelque chose de familier, et pour cause : c’était la mienne.
    
    Avec Léo, il n’y avait pas de raison qu’on se prive.
    
    Après toutes ces queues étrangères, ma mère ressenti comme un soulagement d’arriver sur celles de ses deux fils. Elle s’aperçut qu’elle aimait nos deux queues, ce qui ne fit qu’augmenter sa honte. Elle nous suça plus longtemps que les autres, avec un plaisir et une délectation coupable.
    
    Léo me glissa à l’oreille :
    
    - Elle adore ça ! Elle est chaude bouillante. On va pouvoir passer aux choses sérieuses ! Viens, je vais te montrer quelque chose.
    
    Il m’ entraîna, dans la pièce à coté. Là, au milieu de la pièce, il y avait un fauteuil en cuir avec deux étriers : un fauteuil d’examen gynécologique.
    
    - C’est quoi ça, Léo ? Tu as eu ça où ?
    
    - Par internet. Pas mal, non ?
    
    Léo baissa le fauteuil à son maximum, l’inclina en position couchée, puis appela notre mère. Elle avait bien sûr déjà vu l’engin et se doutait à quelle utilisation Léo le réservait. Léo l’obligea à s’y asseoir, toujours ...