1. Un dimanche à la campagne


    Datte: 10/01/2021, Catégories: Entre-nous, Hétéro Auteur: Galileo

    Un dimanche à la campagne
    
    Directeur des achats dans une grosse entreprise, j'étais convié à une présentation de nouveaux produits par un de notre fournisseur. La présentation était suivie par un cocktail comme le veulent la tradition et les bonnes relations entre les clients et leur fournisseur. Ces cocktails sont l'occasion d'approfondir les contacts mais aussi, si possible, de faire naître des liens un peu moins formels entre les parties prenantes. Pour séduire les clients, les fournisseurs mettent, bien entendu, tous les atouts de leur côté. Parfois, ces atouts prennent des allures inattendues.
    
    Ce jour là, le PDG invitant était accompagné de sa femme, une grande blonde décolorée, provocante, portant un tailleur gris (le gris est la couleur dominante dans ce genre de cocktail) très moulant, la poitrine avantageuse mise en vitrine par un décolleté généreux, une descente de reins à damner un saint. Tout ça juché sur une paire d'escarpins à talons hauts qui mettaient en valeur des jambes magnifiquement galbées.
    
    Bien entendu toute l’assistance jetait des coups d'œil plus ou moins ouvertement vers cette femme splendide. Celle-ci suivait son mari qui l'exposait (on peut le dire comme ça) de groupe en groupe. Ces derniers étant constitués en majorité d’hommes, l'effet était garanti.
    
    Je faisais partie d'un groupe de quatre personnes qui ne se connaissant pas, échangeaient des banalités en buvant du champagne et mangeant des petits fours. Au bout d'une heure environ, le couple vint se joindre à nous. Le PDG se présenta à ceux qui ne le connaissaient pas et présenta sa femme à tous, il s'appelait Michel P et sa femme Nicole.
    
    Ayant eu l'occasion par la suite de devenir plus intime avec eux, je les nommerais par leurs prénoms dans la suite de ce récit.
    
    Très vite Michel sembla s'intéresser plus particulièrement à mes trois confrères.
    
    Délaissé, je me consacrais sans regret aucun, à faire la conversation à Nicole. Enhardi par plusieurs verres de champagne, nos propos dérivèrent très vite des banalités du contexte professionnel vers des échanges plus personnels. Insensiblement nous nous étions écarté du groupe. Encouragé par son attitude avenante, je lui faisais du "rentre dedans" comme un macho mal dégrossit.
    
    Nicole se tenait, là, devant moi, me laissant à loisir fixer sa poitrine toujours plus arrogante. Me regardant et m'écoutant parler avec un sourire qu’un observateur attentif pourrait qualifier d’ironique. Quelques instants plus tard, elle m'interrompit, et ordonna, c'est le mot, à Michel d'aller nous chercher du champagne. Michel, bredouillant des excuses à ses interlocuteurs, s'exécuta immédiatement.
    
    Quelque instant plus tard, il nous porta deux flûtes de champagne et sans rien ne dire, retourna vers ses interlocuteurs et s'éloigna avec eux, nous laissant seul dans notre coin. Lorsque nos verres furent vides, d’un air tout aussi autoritaire, elle m’ordonna à moi, qu’elle connaissait à peine, de chercher deux nouveaux verres. ...
«1234...18»