1. Vacances torrides et première homo


    Datte: 22/11/2020, Catégories: hh, 2couples, fbi, hbi, jeunes, inconnu, copains, nympho, fépilée, vacances, intermast, facial, Oral 69, pénétratio, Partouze / Groupe hdanus, hsodo, init, inithh, occasion, Auteur: B32000

    J’avais arrêté l’école et travaillais depuis déjà plus de deux ans, mais ce fut le premier été où je pus prendre de vraies vacances. Je partis avec un ami, Benoît, depuis la dernière semaine de juillet jusqu’à la deuxième semaine d’août. Nous n’avions pas beaucoup d’argent à investir dans ces vacances (d’autant que Benoît vivait encore chez ses parents) ; notre première semaine de vacances était donc dédiée au camping. Pour les deux autres semaines, nous disposions d’un appartement gracieusement prêté par une tante de Benoît.
    
    Le camping et l’appartement se situaient tous deux dans la même petite ville de la côte basque. Enfin, petite, hors saison, mais pendant l’été, elle se transformait en une gigantesque station balnéaire. L’emplacement de camping qui nous avait été alloué ne nous plut pas. Il était en effet loin de l’entrée, de la piscine. Mais n’étant pas décisionnaires de ce point, nous ne pûmes que l’accepter.
    
    Nous partagions une tente pour quatre personnes. Non pas que nous ayons prévu d’y faire venir des filles (le but de nos vacances était certes de nous envoyer en l’air, mais dans une tente, à quatre, cela nous paraissait un brin excessif et dégoûtant). Pour nous situer physiquement, nous étions une version brune (Benoît) et une version blonde (moi) du jeune homme de 25 ans, de taille moyenne, plutôt mince (certains diraient chétif), mais suffisamment séduisant pour être certain de ramener une fille à chaque soirée (même si la dite fille était souvent passablement enivrée et semblait même parfois regretter son geste le lendemain).
    
    Bref, cette première semaine en camping se passa plutôt bien. Nous rencontrâmes tous deux quelques filles. Nous ne les ramenâmes jamais à la tente. J’en pris une dans les toilettes du camping, une autre dans les douches au beau milieu de la nuit. La dernière, ce fut lors d’un bain de minuit en mer. Les trois furent de bonnes expériences, mais rien de bien original. Du point de vue sexuel, les deux semaines qui suivirent furent bien plus enrichissantes.
    
    L’appartement dont nous disposions était magnifique. Nous avions chacun une chambre, le salon faisait au moins la surface de mon studio et donnait sur un balcon avec vue directe sur la mer. De plus, l’immeuble était situé à moins de cinquante mètres de la plage (nous n’avions qu’une rue à traverser). Le paradis.
    
    Les deux premiers soirs, nous eûmes chacun droit à la compagnie d’une charmante demoiselle. Chacun dans notre chambre, nous cherchions à la faire gémir aussi fort que possible, afin que l’autre en profite aussi. Le troisième soir nous surprit plus.
    
    Nous avions découvert une boîte "open bar". L’entrée coûtait 30 euros pour les hommes, et 15 pour les femmes, et nous avions l’assurance : 1) de pouvoir nous soûler, et 2) de trouver des filles soûles, et donc moins farouches…
    
    Comme chaque fois dans ce genre de lieu, nous nous séparions une demi-heure, puis nous nous retrouvions au bar. Nous avions chacun pour mission de ramener une ou ...
«1234...8»