1. Tout doit disparaitre


    Datte: 21/11/2020, Catégories: Masturbation Hardcore, Humour Auteur: pageblanche

    ... sous-vêtements, puis je me mis en quête de DVD susceptibles de m’intéresser.
    
    J’en trouvai un, deux, puis trois.
    
    Je les posai sur un coin du lit et la fille me dit :
    
    « Cinq euros les trois. »
    
    Je lui fis un sourire et continuai à fouiller. Il y en avait des tas et des tas, sur le sol, dans des boîtes à chaussures.
    
    Quand j’en eus posé dix sur le lit, elle me dit :
    
    « Quinze euros les dix, ça vous va ? »
    
    « Oui, dis-je, c’est parfait. Et les sous-vêtements sur le sèche-linge, vous les vendez aussi ? »
    
    Elle leva la tête vers le sèche-linge et prit quelques instants avant de me répondre :
    
    « Oui, pourquoi pas. J’en ai des tonnes. »
    
    « Ils sont tous transparents comme ceux-là ? »
    
    « La plupart oui. »
    
    Je me suis tourné vers le sèche-linge en disant :
    
    « J’en offrirai bien à ma femme, un ensemble ou deux. Ça vous ennuie si je les examine de plus près ? »
    
    « Non, non, allez-y. »
    
    Je dus enjamber d’autres cartons pour atteindre les sous-vêtements. Le téléphone de la fille bipa de nouveau et je dus attendre une minute pour lui demander :
    
    « Quelle taille faites-vous ? »
    
    « 90C, dit-elle. »
    
    « Je crois que ma femme fait du 90D… »
    
    La fille se leva et s’approcha un peu, puis elle dit :
    
    « Ça débordera peut-être un peu, je ne sais pas. »
    
    Je venais de décrocher un soutif beige, vraiment très fin. Je voyais mes doigts à travers.
    
    J’ai relevé la tête vers la fille debout à un mètre de moi.
    
    « On voit vraiment tout à travers ? demandai-je. »
    
    « Oui. »
    
    « Les aréoles, les fesses ? »
    
    « Oui. »
    
    « Les poils de la chatte ? »
    
    « Je suppose, oui, dit la fille, mais la mienne est complètement lisse. »
    
    « Contrairement à ma femme, dis-je en remettant le soutif à sa place pour m’emparer d’une culotte. Vous n’aimez pas les poils ? »
    
    « Si, dit-elle. Il y a encore une semaine de ça, ma toison dépassait de mes culottes tellement je suis poilue si je laisse pousser. J’en ai jusqu’autour de l’anus. Tout le monde n’aime pas. J’ai juste voulu essayer l’épilation totale. »
    
    « Et vous aimez ? »
    
    « Oui, mais ça demande beaucoup de soin, et je suis un peu paresseuse, alors je pense laisser repousser mes poils sans tarder. »
    
    « Et vous les vendez combien, vos ensembles transparents ? »
    
    Elle fit une petite moue le temps de répondre :
    
    « Dix euros l’ensemble ? Quinze les deux. »
    
    « Oui, parfait. J’aime beaucoup le beige. Accepteriez-vous de le passer pour que je me rende mieux compte de ce que ça donne ? »
    
    « Oui, bien sûr, dit la fille en commençant à déboutonner sa robe par le haut. »
    
    Elle ne portait pas de soutien-gorge, mais une culotte en revanche, de couleur grise, transparente. On distinguait la fine fente de sa chatte dessous.
    
    Elle plia la robe et la posa sur le lit, puis elle baissa sa culotte.
    
    Elle avait de superbes nichons qui tombaient un peu, mais dont les tétons pointaient fièrement. Sa peau était uniformément claire, sans marques.
    
    Elle tendit une main vers moi en disant :
    
    « ...