1. Quand on touche le fond


    Datte: 21/11/2020, Catégories: fh, amour, cérébral, consoler, Auteur: Laetitia

    ... Paris et était rentrée chez elle. En fouillant, elle trouva une ancienne facture de révision de la voiture de Fred. Comme lui avait dit Jérôme, le numéro d’immatriculation de la voiture figurait bien dessus. Elle le rappela fébrilement. Il nota le numéro et promit de la tenir au courant dès qu’il y aurait du neuf.
    
    Alice, pour la première fois depuis longtemps, ressentait un certain soulagement. Elle ne voulait surtout pas s’enflammer, mais il y a avait un début de piste, un début d’espoir.
    
    Elle est restée assise sur le canapé jusqu’à tard dans la soirée, son portable à portée de main sur la table basse, prête à prendre l’appel du détective. Elle ne risquait pas d’être dérangée par une autre communication. Personne ne l’appelait plus jamais. Si quelqu’un appelait, elle ne répondrait pas de toute façon. Il fallait laisser la ligne libre. Et si Fred… Elle répondrait, mais mettrait rapidement fin à l’appel, si c’était un importun. Sa seule digression fut son appel quotidien à Fred à 20 heures. Comme d’habitude, elle s’attendait à l’éternel message.
    
    Ce soir-là, ça décrocha. Une voix masculine répondit :
    
    — Oui ?
    — Fred ? dit-elle d’une voix mal assurée.
    — Euh, non.
    — Il… Il est là ?
    — Non, vous devez faire erreur.
    
    Impossible. Elle connaissait le numéro par cœur. Ses doigts couraient sur la vitre de l’écran pour le composer. Instinctivement. Elle n’allait même pas le chercher dans son répertoire. C’était devenu un rituel, elle le composait systématiquement du bout de ses doigts. Une manie, un TOC. Elle se disait que si elle ne le composait pas, ça ne répondrait pas. Ça l’inquiétait bien un peu, mais c’était le rituel.
    
    Tout comme quand elle allait en ville, elle prenait toujours le même chemin, celui avec lequel ils passaient quand Fred conduisait. Il était un peu plus long, mais Fred passait toujours par là. C’était un sujet récurrent entre eux. Elle lui disait à chaque fois que par l’autre côté c’était plus court. Il disait que oui, mais puisqu’il y avait des feux de l’autre côté et pas par ici, on allait plus vite. Uneprivate joke en quelque sorte.
    
    Une fois, quand la rue fut barrée pour des travaux, elle ne put pas passer par le chemin de Fred. Elle fut obligée de se garer, une crise de larmes l’avait prise. Elle fit demi-tour et n’alla pas en ville tant que la rue ne fut pas à nouveau ouverte.
    
    Devenait-elle folle ? Si les TOC l’envahissaient, jusqu’où allait-elle sombrer ? Est-ce que ça allait accélérer sa chute ? Qu’importe finalement… Quand on touche le fond, on n’est pas obligé de taper fort avec les pieds, pour remonter. On peut aussi creuser pour tomber encore plus bas.
    
    — Non, j’ai composé le bon numéro. Celui de Fred.
    — Il m’a été attribué ce matin seulement. Ça doit être l’ancien numéro du Fred que vous connaissez. Ce n’est pas moi !
    — Je vous prie de m’excuser.
    — Y’a pas de mal !
    
    Elle s’en doutait depuis longtemps, Fred avait changé de numéro. Depuis le début. Encore une voie de garage. Une de plus. Un ...
«1...345...11»