1. Sur le balcon


    Datte: 17/10/2020, Catégories: fh, couple, hdomine, Voyeur / Exhib / Nudisme Oral pénétratio, jeu, lieuxpubl, Auteur: Mintee

    Il faisait sombre dans tout l’appartement, le seul rai de lumière vif provenait de sous la porte de la salle de bain. J’étais assise dans la cuisine, et je patientais. La lueur de la pleine lune éclairait très légèrement la pièce et lui donnait une allure inquiétante.
    
    Je l’attendais. J’attendais qu’il sorte de la salle de bain.
    
    Il était rentré du travail tout grognon, il avait avalé son souper sans lever les yeux de son assiette, mais il n’avait pas oublié pour autant de m’embrasser tendrement avant de sauter sous la douche. Il est mignon quand il est grincheux, et j’aime par-dessus tout l’apaiser, alors je lui réservais une petite surprise.
    
    Je l’attendais dans la cuisine. Toute nue.
    
    Mes longs cheveux étaient lâchés et retombaient sur mes épaules. Je ne portais qu’une paire d’escarpins, et j’avais croisé mes jambes pour me donner un petit air.
    
    Quand j’entendis l’eau du robinet s’arrêter, l’excitation était déjà bien présente. Il prenait son temps pour sortir, normal, vu qu’il ne se doutait de rien. Quand il sortit de la douche il fut surpris de voir toutes les lumières éteintes. Il alla dans notre chambre, probablement pensait-il que je dormais. Ne m’y voyant pas il m’appela, et je lui répondis en tentant maladroitement de prendre une voix sexy.
    
    — C’est moi que tu cherches ?
    
    Quand il arriva dans la cuisine, la lueur de la lune éclairait les petites gouttes d’eau qui séchaient sur son torse. Il avait l’air étonné, mais je ne pouvais pas vraiment voir son visage. Je me levai, me dirigeai vers lui lentement pour le laisser admirer mon corps nu. J’imaginais que la cambrure que m’imposaient mes chaussures avait son petit effet, ou alors était-ce le fait que je sois nue dans la cuisine avec une paire d’escarpins ?
    
    Je m’approchai de lui et le défis de sa serviette, qui tomba sur le sol tout en légèreté et en sensualité, en dévoilant sa nudité. Je laissai courir le bout de mes doigts sur son torse, en prenant soin de contourner ses tétons, puis son nombril, puis son pubis. Je m’accroupis devant lui et déposai un baiser sur son genou, un autre sur sa cuisse, puis encore plus haut, et je remontai ainsi jusqu’à sa bouche, sur laquelle je déposai un timide baiser.
    
    — Je te plais ?
    — D’après toi ?
    — Ben dis-moi !
    — Tu me plais beaucoup, mais à quoi tu joues ?
    — C’est toi qui va jouer. Ce soir, tu joues à un nouveau jeu : moi, et tu sais où tu vas jouer ?
    
    Je fis une pause pour lui laisser le temps d’imaginer mille et une possibilités.
    
    — Sur le balcon.
    — Sur le balcon ? Mais je croyais que tu ne voulais pas, que tu avais peur qu’on nous surprenne ?
    — Oh, un jouet tout neuf, ce serait dommage de pas jouer avec où tu en as envie.
    
    Je lui fis un clin d’œil, il était partant et le jeu commença.
    
    Même désarçonné par la soudaine témérité de ma douce moitié, je l’enlaçai et l’embrassai langoureusement. Nos bouches s’ouvrirent et nos langues se mêlèrent, se massèrent, se battirent presque. Et inexorablement, je la poussai vers ...
«1234...7»