1. Léa


    Datte: 16/09/2020, Catégories: fh, hplusag, hagé, inconnu, fépilée, telnet, fsoumise, hdomine, Voyeur / Exhib / Nudisme facial, Oral fsoumisah, Auteur: Silian

    ... dit :
    
    — Bonjour, c’est Léa.
    — Alors, tu cherches un homme plus âgé ?
    — Oui
    — Pourquoi ?
    
    Sa voix est enveloppante.
    
    — Je trouve ça plus excitant.
    — Tu aimes être dominée ? C’est ce qui t’excite dans le rapport avec des hommes plus âgés ?
    — Oui. Je me sens plus…
    — Plus quoi ?
    — Plus femelle.
    — Tu m’excites Léa. Je te parle, j’aime ta voix et ma queue est déjà bien raide. Tu vas aimer l’avoir dans ta bouche. J’aime que ma partenaire m’obéisse. J’aime la regarder jouir pendant que je l’insulte. C’est ce que tu veux ? Un mec vicieux avec une grosse queue ? Tu feras ce que je veux ?
    — Oui, souffle-t-elle.
    
    Il se passe quelque chose. Cet homme, rien qu’avec ses mots et sa voix chaude, lui noue le ventre. Mais il y a quelque chose d’âpre derrière les phrases. Elle a envie de lui.
    
    — Tu vas venir chez moi. Le plus vite possible. Si tu transpires un peu, j’aime beaucoup ça. Tu porteras une jupe courte et un chemisier sans rien en dessous. Je veux que les mecs te regardent dans la rue. Je veux que tu aies peur et que ta peur t’excite. Tu ne porteras rien sous ta jupe. Dans l’ascenseur, tu ouvriras ton chemisier. Et tu sonneras à ma porte les seins offerts. C’est un immeuble cossu et calme, tu ne devrais pas croiser beaucoup de monde. J’ai les couilles pleines Léa, grosses et pleines. Je n’ai pas baisé depuis un bon moment. Je vais bien profiter de toi.
    
    Elle sent le regard des hommes. Les pointes de ses seins s’invitent sous le tissu fin du chemisier, le tendent. Elle imagine les mains de Paul sur son ventre. Elle a rarement franchi le pas de ces rencontres virtuelles. C’est du fantasme. Mais il fait chaud, si chaud qu’elle transpire déjà. C’est un beau quartier. Elle ignore pourquoi elle associe son excitation à l’argent et à l’âge. Mais c’est ce qui l’excite. Se faire baiser dans un bel appartement lui plaît.
    
    Elle est nerveuse, terriblement excitée. Elle sonne à l’interphone, il ouvre. L’ascenseur et ses grilles années folles. Elle entre. Se place face à la glace et déboutonne son chemisier, l’entrouvre pour libérer ses seins. Son ventre se serre. Elle est excitée par sa propre image et par ce que son corps va subir. Aujourd’hui elle va tout lui donner. Quelqu’un descend les escaliers, elle rougit.
    
    Elle sonne à la porte. Il n’y a que deux appartements. Ses talons s’enfoncent dans un épais tapis. Elle entend du bruit. On ouvre. Il est comme il l’avait dit. Grand, lourd, dégarni, des lunettes, des yeux bleus, pas très beau mais le genre qu’elle aime. Il porte un pantalon de toile léger qui laisse deviner une belle bosse, déjà. Il la regarde.
    
    — Entre, dit-il.
    
    Il la colle dans le couloir sombre. Ecarte son chemisier pour admirer ses seins. Tu es magnifique, petite salope. C’est mon jour de chance. Il colle sa langue à son oreille, c’est désagréable et terriblement excitant en même temps. Je vais te baiser toute la journée. Elle a peur soudain, tente de détourner la tête.
    
    — Petite pute, tu ne comptes pas venir ici et ...