1. Son foutre en apéro (1)


    Datte: 15/09/2020, Catégories: Gay Auteur: Florian Catala

    ... la suite. Il attend que mon corps se fasse à lui, et se penche pour m’embrasser. Il rentre sa langue dans ma bouche, son corps pèse sur le mien, et petit à petit, je me retrouve sur le ventre, toujours le cul offert à lui. Il recommence à bouger tout doucement, et à chaque mouvement, s’enfonce un peu. Le plaisir m’envahit, et ça me donne envie de me branler, j’attrape ma queue, et là, Alanzo m’en empêche, en retenant mon geste, et me dit:
    
    — Je vais te faire jouir avec ton cul.
    
    Il me maintient les bras dans le dos, et repose de tout son poids sur moi. Je sens son souffle dans mon coup, je sens sa verge qui me lime. Il se fait plus brusque, et à chaque coup, je pousse un gémissement de plus en plus fort, au rythme de mon plaisir. Je n’en peux plus, je lui demande:
    
    — Branle-moi.
    
    Il remonte mon cul pour avoir accès à ma bite prête à exploser. Il pose sa main dessus, et là, dans un cri, je laisse jaillir mon plaisir, tachant nos draps propres. Je sens Alanzo se contracter à plusieurs reprises, et me remplis de son sperme chaud, et épais.
    
    On reste quelques instants comme ça, l’un sur l’autre, essoufflé et plein de sueur, puis on s’est enfin décidé à aller se doucher. On doit aller au restaurant avec des amis, et si on ne se dépêche pas, ils vont nous attendre.
    
    ...
    
    Alanzo est assis sur le canapé, et pianote sur son téléphone en m’attendant. J’arrive devant lui, et je le trouve tout de suite magnifique. Il porte une chemise planche, avec un costume gris anthracite qui fait ressortir ses yeux verts. Il me regarde, pose ses yeux sur mon entrejambe, et se met à rire juste avant de me demander:
    
    — Tu as encore envie ?
    
    — Trop.
    
    — Eh bien, tu attendras qu’on rentre du resto.
    
    — Non...
    
    J’ai horreur qu’on me résiste, surtout quand je suis aussi chaud, je tente de lui donner envie, en m’agenouillant devant lui. Je le regarde dans les yeux, et je lui dis:
    
    — Je te fais juste une petite pipe.
    
    Il se laisse faire, comme je l’escomptais, et je commence à sucer son sexe qui se durcit petit à petit dans ma bouche avide de foutre. Il lâche un léger râle, et ça me donne envie d’encore plus. J’arrête tout, je baisse mon pantalon juste sous mon cul, et je m’installe les jambes écartées, accouder au dossier du canapé. Il me sort:
    
    — Il m’en faut plus.
    
    Je me déshabille entièrement, je ne garde que mon jockstrap, et je commence à me doigter le cul tout seul, dans l’attente qu’il me prenne. J’ai besoin de son corps, j’ai besoin qu’il me remplisse, qu’il me souille. Je le regarde se branler devant le spectacle de mon trou qui s’ouvre de plus en plus pour accueillir tout entier son sexe épais. Il ne tient plus à m’observer sans participer. Il m’attrape la cuisse, et me fait comprendre qu’il veut que je m’empale sur lui. Avant de le faire, je le suce une dernière fois, pour lubrifier son sexe dressé. Je me le cale doucement, et il glisse facilement en moi. Alanzo m’ordonne:
    
    — Baise-toi.
    
    Je fais des va-et-vient sur sa queue qui me ...