1. Mes élèves, ces petites chaudasses ! (1)


    Datte: 31/07/2020, Catégories: Hétéro Auteur: oreidra

    ... Aristide était encore collé à elle. Aristide c’est le meilleur ami de Claudia, un garçon maigrichon avec des lunettes. Je le soupçonne d’être amoureux de Claudia vu comment il la suit partout comme un toutou. Mais il ne la mérite pas, elle mérite un homme, un vrai, qui sache rendre honneur à son corps de bombe sexuelle.
    
    J’ai dit à Aristide de continuer à courir, et il est reparti en faisant la gueule. Une fois concentré à nouveau sur Claudia, j’ai eu du mal à me contrôler. Ses gros seins fermes et légèrement bronzés débordaient de sa brassière et surplombaient un ventre plat dont la peau semblait bien douce. Je l’ai emmenée sur le banc un peu plus loin.
    
    — Alors tu as mal où, avais-je demandé.
    
    — Ici Monsieur, m’a-t-elle répondu en pointant du doigt sa longue cuisse fuselée.
    
    Voyant qu’elle me tendait la cuisse, attendant sans doute une solution miracle de ma part, je me suis mis à la masser, sa peau était lisse et chaude, elle avait l’air d’apprécier, car elle s’est vite détendue en fermant à moitié les paupières. A ce moment, j’ai glissé mes mains en direction de l’intérieur de sa cuisse et sa respiration s’est accélérée. On a échangé un regard et j’ai vu une lueur bizarre dans ses yeux bleus. Malheureusement, elle s’est vite tendue et a retiré sa cuisse de mes mains en voyant un élève s’approcher de nous pour voir comment elle allait. Cet élève, c’est Baptiste, un grand garçon musclé à la peau mat et aux yeux gris qui plaît pas mal aux filles de la classe. Je me suis levé pour rejoindre les autres en me demandant pourquoi Baptiste était venu voir Claudia. Derrière moi, je l’ai entendue le rassurer puis en me retournant, j’ai aperçu le métis en train de lui rouler une grosse pelle. Ça alors, elle n’est donc pas si innocente que ça !
    
    Surtout que Claudia ne traîne pas trop avec le groupe des “populaires” de la classe, composé d’Elodie, Baptiste et de 2 ou 3 potes à lui.
    
    Plus tard, pendant le même cours, mes élèves se sont amusés à s’asperger d’eau les uns les autres sous l’impulsion d’Elodie. D’habitude, j’aurais laissé couler ce genre de comportement surtout qu’il faisait chaud et qu’ils avaient bien travaillé. Mais un des jeunes a glissé sur le carrelage des vestiaires et s’est fait mal. Pour le coup, j’ai puni Elodie, en lui demandant de rester pour m’aider à ranger les plots, les chronomètres et les chasubles.
    
    Dès que tous les élèves sont partis, je me suis dirigé vers la réserve du stade pendant que la jolie rousse récupérait tous les plots. Lorsqu’elle est revenue vers moi, j’ai marqué un temps d’arrêt, sa chasuble était complètement mouillée et il collait à sa poitrine généreuse (elle ne portait qu’une brassière en dessous).
    
    — Un problème Monsieur ? me demanda-t-elle en souriant, en voyant mon regard s’attarder sur son corps.
    
    — Hum, non rien, allez, entre et range tout... et arrête de sourire c’est une punition !
    
    La diablesse gloussa puis commença à travailler. A un moment, je l’ai vue se pencher exagérément en ...
«1234...15»