1. Une si jolie robe bleue


    Datte: 17/05/2023, Catégories: fh, fhh, inconnu, campagne, Oral préservati, pénétratio, Partouze / Groupe fsodo, couple+h, Auteur: Patrik

    ... !
    
    Puis nous continuons à marcher sur cette route de terre qui est plutôt déserte aujourd’hui. Quand il ne pleut pas, ce chemin est très agréable, mais en plein hiver, c’est une catastrophe ! Soudain, mon homme me dit :
    
    — On passe par le sentier herbeux ?
    — Ça rallonge, non ?
    — Oui, mais c’est plus bucolique.
    — Bucolique, c’est un synonyme pour campagne ?
    — Exactement.
    — Parce que ce n’est pas évident ! Tu as quand même « colique » dans ce mot !
    
    Cette réflexion de ma part étonne mon mari :
    
    — En effet… je n’y avais jamais songé…
    — Et tu as le verbe « boire » devant. Donc on pourrait croire que ce sont des coliques dues à la boisson !
    — Tu renouvelles la langue française à ta façon,meine Liebling… Pour parler plus crûment, bucolique n’a rien avoir avec la chiasse… C’est champêtre, la verte campagne.
    
    Perfide, j’ajoute :
    
    — Avec du fumier, du gros purin, comme on dit aussi ?
    — Pff, toi et ton humour !
    
    Gilles râle pour la forme, mais je sais qu’il ne déteste pas quand je me montre un peu plus vulgaire, surtout que la plupart du temps, je m’applique à bien parler. Mon mari me dit souvent que je parle mieux français que la plupart des francophones, ce qui est un compliment.
    
    De ma main libre, je désigne le bosquet qui marque le commencement du sentier :
    
    — Alors, tu veux toujours passer par ton chemin herbeux ?
    — On passe par le chemin herbeux, je préfère.
    — OK, on fait comme tu as dit.
    
    C’est en effet nettement plus agréable de marcher dans ...
    ... l’herbe que sur une route en terre, surtout quand le sentier zigzague à travers les arbres et les gros buissons. Le soleil donne, mais pas trop, une légère brise souffle, tout ceci est fort plaisant.
    
    Main dans la main, nous avançons dans ce petit sentier, sous un soleil fort plaisant. Personne aux alentours, une balade en amoureux avec mon mari, tout va pour le mieux.
    
    En amoureux ? Je me demande si mon homme ne va pas tenter un truc ou deux, car je le vois regarder autour de nous. Je connais bien Gilles depuis le temps que je vis avec. Et quelque chose me dit qu’il a envie de moi, une certaine bosse me le prouve sous la ceinture de son pantalon. J’aime qu’on me désire, surtout après tant d’années !
    
    — Tu permets,meine Liebling ?
    
    Et sans me demander vraiment mon avis, Gilles abaisse un peu la partie bustier de ma robe bleue, révélant mes seins. Il s’exclame aussitôt :
    
    — Ah, y a pas à dire, mais c’est nettement mieux comme ça !
    — Tu sais que tu es un gros pervers ?
    — Meuh non ! Je suis un esthète, Madame ! J’adore admirer ce qui est beau ! À ce sujet, il faudra que je fasse un moulage de tes beaux lolos !
    
    Je fais remarquer un point de détail à mon homme :
    
    — Tu en as déjà fait deux, il me semble.
    — Jamais deux sans trois ! De plus, je pourrais comparer avec les deux précédents !
    — Et tu comptes l’exposer, ce troisième moulage de mes lolos ?
    — Les deux précédents sont dans notre pièce secrète… pièce qui est parfois visitée…
    
    Nous avons en effet une pièce ...
«1234...10»