1. Les vices cachés de la campagne


    Datte: 12/01/2023, Catégories: grp, couple, couplus, candaul, grossexe, grosseins, piscine, campagne, Voyeur / Exhib / Nudisme miroir, noculotte, Oral 69, double, fsodo, Auteur: Jacquou

    Dans sa petite commune rurale, Christine était une secrétaire de mairie appréciée de tous. Chargée à la fois des obligations de base mais aussi de l’agence postale depuis peu, elle voyait défiler tout ce que la localité comportait d’habitants, permanents ou éphémères. Le maire et ses adjoints lui accordaient une confiance totale et leurs administrés n’avaient de cesse de louer sa serviabilité.
    
    Une autre catégorie avait cependant une raison différence d’apprécier Christine. Bien qu’âgée de 45 ans, elle ajoutait à ses capacités professionnelles un physique particulièrement attrayant. Plutôt petite avec des cheveux artificiellement blonds au carré, un visage poupin éclairé par des yeux noisette et rieurs, elle frappait d’emblée l’élément mâle par une paire de seins comme on en connaissait peu à la ronde. À la fois ronds et agressifs, catégoriques et irréfutables, ils exerçaient une fascination qui valait à leur titulaire une certaine célébrité dont l’intéressée s’était fait in petto une réelle fierté alors que d’autres auraient pu en être complexées. C’est si vrai qu’elle les mettait savamment en valeur par une gamme de décolletés variés, de la pointe au rectangle en passant par le rond. Si d’aventure certains hommes s’aventuraient à son bureau pour une plainte quelconque, un relevé du buste avait tôt fait de les rasséréner, et le maire, un septuagénaire à moitié impuissant mais averti et habile, savait utiliser ces ressources mammaires quand le besoin s’en faisait sentir ...
    ... dans les moments chauds de la commune.
    
    Pour Christine, le seul inconvénient résidait dans des visites inutiles et chronophages de mâles de tous âges venus uniquement pour mater ses roberts, sous couvert d’une démarche administrative sommaire à la crédibilité douteuse. Elle les voyait venir dès que leur regard se posait en dessous de son menton, comme pour percer la toile de son vêtement. Elle les congédiait d’un sourire averti et indulgent, le visiteur se détachant alors à regret du sillon profond dans lequel ses yeux s’étaient perdus pour rien. Car Christine, disons-le d’emblée, avait la réputation bien établie de « ne pas coucher », ce qui permettait à la gent féminine locale de tolérer ses appâts. Mère de famille et mariée à un agriculteur, on ne lui avait connu aucune aventure, ce qui ne laissait pas de surprendre certains gaillards, dépités qu’un tel morceau de roi puisse être réservé à un seul porteur de salopette.
    
    D’où quelques rumeurs malsaines sur sa frigidité, venues aux oreilles de la secrétaire de mairie, qui s’en était irritée, mais muettement. Car elle était bien placée pour savoir que le cul, c’était vraiment son truc, et que si elle avait dû se contenter de son brave mari, elle n’aurait pas paru autant épanouie. Mais personne ne s’était vraiment intéressé à ses voyages une fois par semaine dans la préfecture comme émissaire de la mairie pour des tâches bureaucratiques. Un petit hôtel proche de l’édifice préfectoral recevait régulièrement Christine à l’heure ...
«1234...9»