1. Idylle au sixième étage


    Datte: 15/12/2022, Catégories: ff, ffh, fffh, inconnu, voisins, enceinte, grossexe, grosseins, poilu(e)s, ascenseur, train, toilettes, amour, Voyeur / Exhib / Nudisme Masturbation intermast, entreseins, Oral 69, préservati, pénétratio, uro, init, Humour couplea3, Auteur: Antilope

    J’ai toujours été un garçon très timide.
    
    À l’époque du début de cette aventure, j’étais étudiant en deuxième année dans une école d’ingénieurs en informatique. J’habitais dans une chambre de bonne à Paris, au sixième étage sans ascenseur, comme souvent. J’étais seul occupant à l’étage, la deuxième chambre de bonne immédiatement contre la mienne étant inoccupée. Je rageais de ne pouvoir l’occuper aussi, car une porte de communication verrouillée de chaque côté existait entre les deux chambres.
    
    J’avais choisi ce type d’étude, car en plus du fait que j’étais un véritable geek, cela me permettait de croiser très peu de filles, et les rares que je croisais étaient plutôt moches.
    
    Cela m’arrangeait beaucoup, car j’avais un problème de taille, et c’était peu de le dire, il s’agissait de mon pénis.
    
    Il n’était pas trop petit, non, il était beaucoup trop grand. Au repos, il mesurait déjà 12 cm, mais s’il restait mou, j’arrivais quand même à le cacher, même si ça représentait déjà un volume très important à caser dans mon pantalon et mes sous-vêtements. En érection, ça devenait impossible à gérer : 22 cm. Il devenait alors impossible de me cacher et je devais alors m’isoler immédiatement en attendant que ça passe.
    
    À la suite de plusieurs incidents gênants pendant mon adolescence, j’avais pris la décision d’exclure tout contact avec les filles autant que possible, et de suivre un traitement pour inhiber mes pulsions. Je me souviens notamment d’un incident au lycée où mon ...
    ... engin était carrément sorti de mon pantalon par le haut pendant l’heure de gym, car une des filles de la classe, assez bien pourvue au niveau de la poitrine et qui s’était accrochée par les pieds aux barres parallèles, s’était retrouvée avec son pull descendu au niveau des bras. Elle nous avait exposé ses aisselles poilues et nous avait aussi montré ses seins qui étaient tombés de son soutien-gorge.
    
    L’incident avait fait rire tout le monde et la fille concernée avait elle-même rigolé de sa mésaventure en se rhabillant. Mais quand les élèves s’étaient tournés vers moi en voyant mon engin à moitié en dehors de mon pantalon, l’ambiance avait changé et ils avaient tous pris des mines horrifiées ou dégoûtées. J’étais alors devenu la risée de tout l’établissement et certaines filles, particulièrement perverses, s’amusaient à me montrer des parties de leur corps ou me toucher pour me faire bander au détour d’un couloir juste pour voir l’effet que ça produisait chez moi. C’était allé très loin, jusqu’à des commandos qui s’organisaient pour prendre des photos ou des vidéos après m’avoir excité. J’avais alors décidé de changer d’établissement. Et ma mère m’y avait aidé en déménageant dans une autre ville. Je vivais uniquement avec ma mère, mon père étant parti de la maison à mes dix ans.
    
    Bref, je coulais des jours heureux, dans ma chambre de bonne, au sixième, sans sexe, tranquille et sans tentation. Bien sûr, je répondais à mes pulsions grâce à Internet le soir après les cours, ...
«1234...17»