1. Premier entretien d'embauche.


    Datte: 21/11/2022, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: Iovan

    Premier entretien d'embauche
    
    Carole
    
    โ€” Referme la porte et viens ici, petite salope ! Regarde ! Regarde comme je l'encule ce petit pédé ! Aahh ! Oui ! Regarde ! Tu aimes ça, mater hein ?... Regarde ça !
    
    โ€” Oui ! Oui ! Ooh ! Chéri ! Baise-le... encule-le ! Plus fort ! Vas-y !
    
    Varlin me tenait fermement par la taille, m'attirant doucement et pesamment sur son mandrin dressé. Puis se rétractait... pour recommencer... Le long chibre épais distendait mes sphincters pour s'enfoncer au fond de mon ventre, je sentais alors les poils de son pubis crisser sur mes fesses, alors que ses lourdes couilles venaient s'écraser sur les miennes. Je me crispais, grimaçant sous le joug de la jouissance que m'imposait mon tortionnaire. Le regard voyeur de la petite vicieuse, ses exhortations à me faire jouir encore, ajoutaient à ma fièvre salace.
    
    Varlin éructait des borborygmes de plaisir lubriques.
    
    โ€” Déshabille-toi, salope ! Dépêche-toi ! grinça-t-il à l'adresse de Carole, tout en continuant à me besogner avec application. Devant lui... ! Allez ! Va !
    
    Obéissante, elle vint se placer devant moi, à me toucher et se dévêtit, souriante, en un tourne main, mais non sans grâce... Je n'eus pas le loisir de détailler la beauté de son corps, tant la jouissance que me procurait la pénétration du gros chibre de mon bourreau m'accaparait, mais la regarder se dénuder, alors qu'il me forçait les reins de son gros pal, me fut une volupté esthétique de la plus haute intensité.
    
    โ€” ...
    ... Embrasse-le, petite pute ! Embrasse-le, je te dis !
    
    Carole s'approcha, prit ma tête dans ses bras et me serra contre ses jolis petits seins. Puis se penchant sur moi, prit ma bouche et m'offrit la sienne dans un baiser qui me renversa.
    
    Je ne pouvais pourtant m'empêcher de pousser de profonds ahanements, sous les coups du terrible bélier de mon tortionnaire.
    
    Elle se décolla de ma bouche, lèvres entrouvertes, un filet argenté de salive claire nous unissait encore.
    
    Se penchant sur moi, avec un sourire vicieux, elle murmura :
    
    โ€” Tu jouis... ?
    
    Salope !... Cambré sur le lourd gourdin qui me fouaillait, les paupières crispées sur mes yeux qui chaviraient, je mordais ma lèvre inférieure et gémissais. Je hochai pourtant la tête, en signe d'acquiescement.
    
    โ€” Viens ici, petite pute !
    
    Carole s'empressa.
    
    โ€” Oui, chéri...
    
    Varlin eut un ricanement.
    
    โ€” A genoux ! Allez ! Dépêche-toi, traînée !
    
    Elle s'agenouilla.
    
    โ€” Regarde ! Regarde comment je l'encule... Aaah ! Regarde ça !
    
    Lentement, il se retira. Et brandissant devant sa bouche sa mentule humide :
    
    โ€” Suce, salope !
    
    Elle se jeta sur le gros mandrin avec un gémissement de plaisir lubrique, goba le gland tuméfié et suintant de sa jolie bouche et se mit à le sucer avec gourmandise, en proférant des gémissements et geignements de contentement salace. Varlin s'était emparé de son joli visage et la forçant sur sa queue, la toisait, d'un regard goguenard et obscène.
    
    M'étant retourné, j'assistai à toute la scène, ...
ยซ1234ยป