1. La Coloc' (18)


    Datte: 20/11/2022, Catégories: Gay Auteur: Poiluhds

    Adrien se penche doucement vers la queue de Nicolas, entrouvre les lèvres et pose le gland gonflé sur sa langue. Puis sa bouche joue avec l’objet du désir et Nicolas semble monter au septième ciel si l’on en croit son regard presque perdu dans un songe inaccessible.
    
    Le petit livreur aime la queue : il a cette énergie à sucer le gros sexe veiné qui révèle un vrai goût pour la chose. Je suis totalement excité par ce que je vois et ma queue me fait mal, coincée dans mon jean. Après quelques minutes, Adrien retire lentement le pénis de mon coloc’ de sa bouche et se tourne vers moi. Il s’occupe maintenant de défaire la bouche de ma ceinture, de libérer les boutons de mon jean tout en caressant la bosse formée par ma verge gorgée de sang sous le tissu épais. Il fait glisser le Levis le long de mes cuisses, me débarrasse de mon caleçon, et comme avec Nicolas il y a quelques minutes, s’arrête pour contempler mon sexe tendu vers lui avec une étrange lueur gourmande dans le regard. Je sais qu’il va me sucer, je meurs d’impatience de me sentir avalé par sa belle petite gueule virile. J’ai envie, d’un coup de reins de m’approcher plus vite de sa bouche, mais je sais qu’il vaut mieux le laisser faire.
    
    Ca y est, il me suce et je sursaute tant ce premier contact avec sa bouche m’électrise. Il est doué, tout en douceur mêlée de fermeté et je dois tout de suite faire un effort pour ne pas jouir trop vite. Sa bouche va-et-vient sur ma queue, Nicolas nous regarde et se masturbe en ...
    ... cadence avec nous.
    
    J’imagine l’étape suivante et je ne suis pas déçu. Adrien prend une de nos queues brulantes dans chaque main, amène nos glands l’un contre l’autre, colle l’orifice du pénis de Nicolas contre le mien et lèche nos deux glands soudés. Jeux de langue à devenir fou. Ensuite Adrien avale chaque gland l’un après l’autre, je jouis de chaque seconde où sa langue se pose sur mon sexe et mon cerveau m’échappe quand il avale le pénis de Nicolas pour m’imaginer ressentir l’effet magique de sa bouche comme s’il était sur moi.
    
    Veut-il nous faire jouir ensemble sur sa belle gueule ? Il sait qu’il nous fait de l’effet et ne doit pas imaginer que nous allons tenir très longtemps. Puis, contrairement à ce que j’attendais, il lâche nos deux sexes érigés et se dégage pour se mettre debout. Il nous regarde tous les deux et sans nous quitter des yeux se déshabille. Je manque d’éjaculer à chaque vêtement qu’il enlève. Son pull bleu ciel, sa chemise qui révèle un torse ferme, poilu, dont il rase la toison très court. Puis, après avoir ses Nike, il quitte son jean et son caleçon orange. C’en est trop. Il nous montre une queue improbable, épaisse comme une canette de bière et longue comme un avant-bras. Ce volume dressé au bas de son ventre est presque disproportionné, mais ce déséquilibre est lui même d’une beauté sidérante. Le regard ne peut pas se détacher de ce membre incroyable qui semble concentrer toute la virilité du monde.
    
    Ni Nicolas ni moi ne pourrons sucer ce sexe ...
«123»