1. Orphelin


    Datte: 18/11/2022, Catégories: fh, ff, ffh, fplusag, religion, fsoumise, fdomine, vengeance, Voyeur / Exhib / Nudisme Oral pénétratio, Auteur: Roy Suffer

    Après plusieurs mois de lutte, de chimio et de radiothérapie, ma mère fut transportée à l’hôpital pour une récidive. Maudit crabe ! Mon père se mit en congé pour pouvoir l’accompagner autant qu’il le pouvait. C’est qu’ils s’aimaient ces deux-là, unis « pour le meilleur et pour le pire ». Nous étions dans le pire.
    
    Et moi, dans tout ça ? Pas question de ne pas continuer à suivre mes cours au lycée, l’année était trop importante, le bac au bout. Et puis j’avais déjà une année de retard, une seconde complètement ratée à cause d’une mauvaise orientation : les maths et moi, ça fait deux. On se résolut donc à faire appel à la meilleure amie de ma mère, Françoise qui se faisait appeler « Frane », qui avait lancé un jour cette proposition sans trop y réfléchir, ce que l’on fait parfois quand une amie est dans la difficulté. C’est ainsi que je débarquai chez Frane, amené par mon père avec armes et bagages. Une valise avec l’essentiel de vêtements et d’affaires de toilettes, deux gros sacs et mon sac à dos avec mes bouquins, mes classeurs et mes cahiers. Il voulut lui donner de l’argent pour ma « pension », elle refusa, alors il me donna la somme en me disant de participer autant que je le pourrai aux dépenses que j’engendrerai. Oui papa. Je n’avais guère le moral, comme tout le monde, donc pas de gros besoins, pas d’envies ni de sorties, et de plus je déjeunais au self du lycée.
    
    Ma mère avait connu Frane après son premier cancer du sein, lorsque l’oncologue lui avait ...
    ... conseillé de faire fonctionner son bras pour qu’il n’enfle pas, suite à l’ablation des ganglions lymphatiques. Elle s’était donc inscrite dans une salle de sport, et c’est là qu’elle avait fait la connaissance de cette jeune femme aussi différente d’elle que possible. Frane était jeune, en pleine santé, gaie et tonique, et faisait du sport pour entretenir son joli corps. Son métier de marchande d’art avait plus tendance à la confiner qu’à lui donner de l’exercice, elle essayait de compenser. Aisée et cultivée, elle avait tout de suite éprouvé admiration et sympathie pour cette petite bonne femme qui luttait courageusement contre la terrible maladie. Elles se retrouvaient donc pour suer ensemble deux fois par semaine, et rapidement prolongèrent leurs exercices physiques par de petites sorties, salons de thé, boutiques, etc. Deux vraies copines, et la perception positive et optimiste de la vie de Frane faisait beaucoup de bien à ma mère qui, au moins pendant ce temps-là, pensait à autre chose qu’au mal qui la rongeait. Si bien qu’elle se crut guérie pendant deux ans, jusqu’à ce que des analyses de contrôle affichent un affolement des compteurs. Cette fois, ça semblait plus grave encore.
    
    J’avais vu Frane une fois ou deux à la maison, mais c’était la première fois que je découvrais son univers. Un univers de petite taille, mais situé dans un des quartiers les plus prisés et les plus chers, ceci expliquant cela. Du coup, son appartement se résumait à une entrée, un couloir étroit, ...
«1234...43»