1. La gérante du magasin (1)


    Datte: 15/11/2022, Catégories: Transexuels Auteur: Natachatrv69

    La porte s’ouvre... Et la surprise ! Je reconnais à peine ma conseillère en lingerie, Vanessa. Habituellement, dans sa boutique, elle est habillée plutôt casual, maquillée sobrement. Là, elle est en tailleur gris avec une jupe au genou, un chemisier rose, et surtout des escarpins aux talons vertigineux. Elle porte un rouge à lèvres carmin, ses yeux sont délicatement maquillés. Sa coiffure est modifiée avec les cheveux tirés en arrière en queue-de-cheval. Cela lui donne un air, comment dire, plus sérieux, plus sévère.
    
    Ma surprise doit se voir sur mon visage, car elle m’interpelle et me demande de m’assoir dans un canapé.
    
    Je prends alors connaissance de mon environnement. Je suis dans l’arrière de la boutique, une sorte de boudoir avec des canapés Chesterfield, des cabines d’essayage, une coiffeuse. L’endroit est cosy, aux couleurs bleues et rose pastel. Très féminin en définitive.
    
    J’en suis de là dans mes pensées quand j’entends Vanessa me proposer un café.
    
    — Oui merci, noir, sans sucre.
    
    Je suis donc assis dans un canapé, elle s’assoit en face de moi, vision terrible de ses jambes gainées de soie... Bas ou collants ?
    
    — Alors Jean-Jacques, si vous m’expliquiez ? Je ne vois que deux raisons : soit vous avez une maîtresse, soit cette lingerie est pour vous.
    
    Je reste sans voix, je dois avoir l’air d’une carpe, le coup est parti si vite, sans prémices...
    
    — Je me suis permis de faire un historique sur votre nom. Vous avez deux comptes dans ma boutique. Un ...
    ... avec des commandes avec la taille 36/90b et l’autre jamais de haut, mais que des bas taille 4 voire 5 et des culottes 46/48. Vous m’expliquez ? Ça m’ennuierait d’envoyer un mail pour la fusion de vos deux comptes clients.
    
    Elle me déclare tout cela en souriant, dents paraissant encore plus que blanches que blanche grâce aux lèvres rouge carmin. Elle croise les jambes plus haut. Des bas, retenus par des jarretelles. Mais j’ai l’impression que ma chemise me serre la gorge, je ne peux plus déglutir.
    
    — Je vais vous expliquer... En fait...
    
    — Oui ? Je vous écoute.
    
    Toujours ce sourire, limite carnassier, croisement, décroisement de jambes, main lissant sa jupe...
    
    — Et bien en fait, oui. Je suis un fétichiste de lingerie, et de voir des femmes en porter ne me suffit plus. J’en porte parfois, tout seul.
    
    De me confesser, je me sens presque libéré, soulagé. J’arrive à respirer de nouveau. Je ne transpire plus, je suis presque en position dominante, oui je me travestis, et ?
    
    — Vous savez Jean-Jacques, j’ai de nombreux clients qui traînent dans la boutique. Je vois bien que c’est pour eux, rares sont ceux qui achètent en ligne. Je pense qu’ils passent par le Net ou supermarché c’est plus anonyme. Ce n’est pas la première fois que je vous vois dans ma boutique. Et pas que pour chercher des tenues pour votre femme, j’apprécie également votre franchise, et perso, je suis presque contente que vous n’ayez pas une maîtresse. Vous allez jusqu’où dans votre travestissement ?
    
    — ...
«1234»