1. Le gage de ma cousine (2)


    Datte: 11/11/2022, Catégories: Inceste / Tabou Auteur: LaLouveBleutée

    J’étais sûrement en train de rêver.
    
    Incapable de me concentrer sur le jeu, j’avais perdu de toute façon, je sentis Amélia poser sa paume sur ma verge. A ce contact, je me raidis involontairement. Elle l’empoigna franchement à travers le caleçon et me susurra à l’oreille :
    
    — Tu ne t’y attendais pas hein ? Relance une partie mais attention, si tu t’arrête de jouer, je m’arrête également.
    
    — Comment veux-tu que j’arrive à me concentrer dans ces conditions, demandais-je difficilement.
    
    Sa main passa sous le tissu et m’arracha un sursaut. A présent, elle me masturbait carrément avec un sourire enjôleur.
    
    — Ce ne doit pas être bien difficile pour un bad boy expérimenté comme toi. D’après ce que j’ai entendu, tu aimes « les pipes bien faites ».
    
    Comment elle connaissait cette information ? Je n’arrivais pas à réfléchir correctement. Le plaisir que me procurait sa main, brouillait mes pensées. Les questions viendraient plus tard, je ne pouvais laisser passer une telle situation.
    
    La partie se relança. Je lançai un regard de défi à ma cousine et repris possession de la manette. Mais pas de mes esprits. A vrai dire, j’appuyais un peu au hasard sur les touches, davantage concentré sur mes sensations.
    
    Amélia descendit mon caleçon et s’approcha de mon pénis dressé. Discrètement, je me détournai de l’écran afin de contempler cette scène surréaliste. Ses lèvres s’arrêtèrent à quelques millimètres.
    
    — Reste concentré, Gabrielle, me rappela t-elle avec un sourire ...
    ... provocateur.
    
    Je relevai la tête en râlant intérieurement.
    
    Alors elle glissa sa langue le long de ma hampe et vins sucer mon gland. Puis, elle prit mon pénis dans sa bouche, tout doucement, faisant durer la tension. Elle s’enfonça autant qu’elle le put, c’est-à dire presque jusqu’à toucher mon pubis. C’était vraiment sadique. Mes doigts s’agitaient encore mollement sur les touches et je n’avais qu’un seul désir : attraper ses cheveux et lui imposer mon rythme.
    
    Son débardeur laissait entrevoir la courbe de ses seins. Comme elle était penchée, son soutien gorge apparaissait par intermittence. De la dentelle blanche, symbole de la fausse innocence. J’avais très envie de lui enlever tout ce tissu superflu et découvrir la fermeté de sa poitrine, la sensibilité de ses tétons.
    
    Me repousserait-elle si je le faisais ?
    
    Seulement je n’eus pas le temps de réaliser ce fantasme. Amélia arrêta soudain ses caresses buccales et s’éloigna.
    
    — Tu ne joues plus, répondit-t-elle à ma question muette.
    
    Elle avait les lèvres humides. Du bout des doigts, elle s’essuya le coin de la bouche. Elle voulait me rendre fou.
    
    — Je ne peux pas jouer, alors que tu es clairement en train de me... sucer, lâchais-je.
    
    — Justement c’est ça ton défi. Après si tu penses ne pas être à la hauteur, je te laisse tranquille.
    
    — Non, continue, ordonnais-je d’une voix rauque.
    
    L’air satisfait, elle repris sa torture érotique. Je pressais les boutons de mauvaise grâce, pendant que sa bouche pompait ...
«1234»