1. La déchéance d'Hélène 02


    Datte: 06/11/2022, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: byAstarouge

    J'étais maintenant la chose de Vincent, il me conduisait dans son van vers une destination inconnue.
    
    Je reconnaissais vite la destination, marquée par la présence des prostituées sur le bord de la route. C'était donc ça, il voulait me prostituer telle une catin de bas étage...je savais que je ne pourrais pas.
    
    Il me posa sur le trottoir en m'ordonnant : « maintenant Stacy, tu te poses la devant les phares, et tu vends ton gros cul de putain » je repasse vers 4h du mat, t'as intérêt à ne pas rentrer bredouille... »
    
    Il me laissa à peine répondre et remonta dans le van.
    
    Je restai la comme une conne. Je savais que faire la pute était au-delà de mes forces. Je passais la soirée sur le trottoir, mais sans jamais répondre à la moindre sollicitation. Vincent allait hurler, mais tant pis, tout sauf ça.
    
    Il passa me récupérer à l'heure.
    
    « Passe-moi le fric Stacy »
    
    « J'ai pas pu Vincent, s'il vous plait, pas ça... »
    
    « Quoi, t'as rien foutu!! tu te fous de ma gueule? » il hurlait, je pleurais
    
    « Pitié, ne fait pas ça, je vous sucerais si vous voulez, mais pas ça » je posais ma main sur ses cuisses pour tenter de le calmer.
    
    « Tu feras ce que je te dis, un point c'est tout!!, bon, maintenant que je suis-là, je vais quand même te baiser, mais attend toi à une punition qui te fera passer le trottoir pour des vacances au club Med »
    
    En disant cela, il baissa son pantalon sur ses chevilles et m'écarta les cuisses, tout en allongeant le siège passager. Il me ...
    ... pénétra ensuite sans ménagement, et entrepris de me bourrer la chatte.
    
    Ce viol fut presque un moment rassurant pour moi, je m'attendais à servir de vide couille pour Vincent, alors j'étais en terrain connu, habillée comme une pute, en train de me faire sauter sur le siège passager d'une camionnette. Il me tripotait comme une poupée, et ne tarda pas à se vider dans ma chatte en poussant un gémissement de plaisir.
    
    Il me ramena ensuite, sans dire un mot. Il me remonta quasiment de force dans l'appartement, visiblement sa colère froide ne passais pas. Il m'ordonna de me déshabiller, ce que je fis sans oser le défier une nouvelle fois. Il me dit : « ce soir tu dors à même le sol, et je ne veux pas t'entendre »
    
    Il me réveilla tôt, me jeta au visage une jupe plissée à carreau et un bandeau en guise de cache sein, accompagnée de bas blanc avec des petits nœuds.
    
    « Tu connais la musique, maintenant, et met la dose sur le maquillage, je t'emmène en rendez-vous"
    
    Il me jeta à l'arrière du van comme du bétail. Il me sorti de la, nous étions dans une cité glauque de la ville, il me traîna rapidement dans un immeuble, puis nous descendîmes au sous sol. On entra dans un cave, a peine éclairée par une ampoule au mur. Il y avait un matelas par terre, et des bassines.
    
    Il me dit alors : « Ecoute bien petite pute, dans 30 minutes, les mecs de la cité et leurs potes aurons le droit de descendre ici. Ils sont prévenus qu'il y a un jolie vide couille dispo. Pour te punir d'avoir refusé ...
«1234»