1. La rencontre


    Datte: 13/10/2022, Catégories: ff, ffh, fbi, hplusag, fplusag, jeunes, candaul, fsoumise, fdomine, revede, Voyeur / Exhib / Nudisme noculotte, Masturbation caresses, lesbos, Auteur: ElodieParis

    Après des mois de stress et des années de recherche, Elodie venait de boucler sa thèse sur un sujet tout aussi sérieux et ennuyeux qu’elle :
    
    « Recours juridique de la Commission européenne pour récupération de la dette britannique dans l’option d’un Brexit dur. »
    
    Tout avait été photocopié, relié, mis sous presse. C’était trop tard pour changer un mot, mais Elodie relut une dernière fois et trouva deux coquilles. Ses yeux étaient pourtant passés sur ce texte des centaines de fois. Elle se trouva nulle et perdit les derniers grammes du peu de confiance qu’elle avait en elle.
    
    Elodie ne pesait pourtant que 45 kg pour 1,62 m, une jeune femme de vingt-cinq ans, mince, sans poitrine ni estime de soi. Elle cachait son petit corps de vraie blonde sous des vêtements sportifs amples de garçonne étudiante. Elle avait développé une capacité à passer inaperçue dans la foule, ne portant jamais de maquillage ni de coiffure apprêtée.
    
    Nous étions vendredi et elle passait l’oral le lundi après-midi. C’est la boule au ventre qu’elle allait passer le week-end à préparer son exposé. Parler en public était la chose la plus difficile à faire pour elle. Elle avait peur des regards posés sur sa petite personne. Elle s’imaginait devant un jury comme face à un tribunal et en faisait des cauchemars la nuit.
    
    Elodie avait rendez-vous chez Philippe à 17 h, un haut fonctionnaire de cinquante-six ans qui avait suivi de loin sa thèse. Il parlait bien, avait une éloquence et une stature et ...
    ... devrait pouvoir bien l’aider. Il était grand et fin, 1,80 m pour 70 kg, cheveux châtains légèrement dégarnis. Il portait de fines lunettes et paraissait être un homme de culture, un intellectuel. Ce vendredi était pour lui un jour de congé, mais il avait accepté d’aider Elodie pour l’entraîner dans sa soutenance de thèse. N’étant pas à son bureau, il lui avait proposé de passer à son domicile, ce que celle-ci s’empressa d’accepter. C’était une chance pour elle, même si elle se sentait très intimidée par cet homme.
    
    Elodie arriva avec vingt minutes d’avance pour repérer la bonne adresse et tourna en rond nerveusement dans les rues autour. Elle compensait ses grands moments de stress par des séances de masturbation de plus en plus régulière et intense. Elle avait quitté son appartement avec deux orgasmes au compteur depuis son réveil. Elle finit par trouver un endroit où se cacher pour s’en offrir un petit de plus. L’avantage de porter un jogging !
    
    Elodie sonna à l’heure pile. L’interphone décrocha, le verrou fut déclenché à distance et une voix féminine précisa :
    
    — Troisième étage gauche
    
    Elodie avait peur des ascenseurs et monta à pied. La porte s’ouvrit sur une femme élancée avec de longs cheveux noirs, fin de la trentaine. Elle avait un regard inquisiteur, pétillant d’intelligence ou de malice, souriait gentiment, observant Elodie de haut en bas.
    
    — J’imagine que vous devez être Elodie ? Bienvenue.
    
    Elle portait un chemisier très échancré, ainsi qu’une jupe courte, ...
«1234...8»