1. Le vendredi, deux bites permises (1)


    Datte: 18/09/2022, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: 2CABT1

    Vendredi soir, besoin de lâcher la pression de la semaine.
    
    Je décide d’aller au restau avec mon Chéri, en amoureux, avec une SEULE idée en tête : assouvir la pulsion sexuelle qui m’a envahie toute la journée.
    
    En effet, j’ai reçu un client ce matin, plutôt beau garçon, mais ce qui m’a interpellée, c’est la bosse dans son pantalon qu’il a eu pendant tout notre rendez-vous. Je suis dans le domaine médical, et la première chose qui m’a sauté aux yeux, c’est cette déformation ! Il devait en avoir une très grosse, et j’ai eu l’impression que je devais lui plaire, au vu de la trique qu’il avait.
    
    Il faut dire qu’aujourd’hui, j’ai mis le paquet : talons hauts, jupe patineuse, haut blanc transparent sans soutien-gorge (qui fait ressortir le bout de mes tétons quand ils pointent, j’adore ça, je trouve ça sexy), un peu de maquillage, et surtout, PAS de culottes !
    
    C’est un nouveau truc avec mon mari, quand je veux annoncer à mon cher et tendre que le soir, je veux qu’il me défonce le cul, avant de partir le matin, je me mets devant la fenêtre et m’accroupis pour lui montrer que ma petite chatte est à l’air libre, je me rapproche de lui, et ce pervers passe ses doigts le long de ma fente, qui a le don de me faire mouiller toute la journée... je dois d’ailleurs avouer, que souvent, je ne tiens pas jusqu’au soir, et à peine je prends la route, je mets le régulateur, j’écarte mes cuisses, et me touche le minou en pensant à la dérouiller que je vais prendre en rentrant le soir ...
    ... pendant les une heure de route de mon trajet pour aller bosser.
    
    Ce patient ne m’a fait que des allusions pendant notre rendez-vous, plutôt fine, mais bien placée, et a dû remarquer que je ne faisais que de lorgner sur son entrejambe bien dur.
    
    Pour exemple : je lui lance en examinant son oreille « vos conduits sont très profonds, on n’arrive pas à voir au fond, tellement ils sont longs » et de là me répond : « il suffit d’avoir le bon outil, et on peut toujours examiner le fond d’un conduit ».
    
    Sale pervers ! Ça m’a fait légèrement frétiller. J’aime cette sensation d’être désirée par un beau mâle, et voir que sa queue est dressée pour moi, sans pour autant aller plus loin.
    
    Il est reparti comme il est venu, la queue entre les jambes, mais a quand même eu le pouvoir de me laisser chaude.
    
    J’ai donc décidé d’aller aux toilettes, et d’envoyer une photo de ma chatte humide en guise de sexto à mon mari, pour bien le chauffer, avec un petit message, « dans quelques heures, voilà ce que tu vas pilonner toute la soirée ! »
    
    Sous mes airs de petite fille sage, je suis une vraie Salope !
    
    La journée passe, et nous voilà enfin attablés à prendre l’apéro en bord de mer, le soleil caressant ma peau.
    
    Marc me fait du pied sous la table, sachant que je n’ai pas mis de culotte, et cela a le don de me rendre folle ; sentir cette chaleur en moi, monter l’orgasme, alors qu’il y a tant de monde autour de moi, j’adore ça. Il pousse ses caresses jusqu’à me faire lâcher un soupir de ...
«1234»