1. Suzanne


    Datte: 16/09/2022, Catégories: ffh, bain, Humour Auteur: Samuel

    SUZANNE(à Léonard) – Tu m’as manqué, tu sais, ce confinement était injuste. Oui, bien sûr, il y avait le téléphone et le Skype, mais ce que j’aime c’est ta peau, c’est ton odeur, c’est ton sperme. Tu étais devenu un personnage fictif, un genre de héros hollywoodien, que l’on ne peut que caresser sur le papier brillant d’une photo. J’ai toujours préféré t’avoir dans mon lit que de punaiser James Dean sur un mur de ma chambre. Léo, Léo, j’espère que tu n’es pas devenu Di Caprio et qu’il ne me faudra revoir cinq cinquante fois « Titanic » pour combler mes jeunes et vieux jours.
    
    LÉONARD(à Marianne) – Suzanne t’emmène chez elle près de la rivière, tu peux entendre les bateaux passer, tu peux passer la nuit auprès d’elle.
    
    MARIANNE(à Léonard) – And you know that she’s half crazy. Et tu sais qu’elle est à moitié folle ?
    
    LÉONARD(à Marianne) – Mais c’est pour ça que je veux rester. Elle me nourrit de thé et d’oranges qui ont fait tout ce chemin depuis la Chine. Et juste au moment où tu veux lui dire que tu n’as aucun amour à lui donner, elle t’entraîne dans ses ondes et laisse la rivière répondre que tu es son amant depuis toujours.
    
    SUZANNE(à Léonard) – Tu te souviens quand nous nous sommes baignés et baisés dans la rivière ? Il faisait si froid que ton sexe était devenu une miniature japonaise. Et grâce à une pipe subaquatique, il s’est retrouvé d’abord à l’horizontale pour s’élever ensuite au-dessus du niveau de la rivière et du commun des baiseurs. Puis tu m’as ...
    ... pénétrée alors que des passants passaient et que le passé, passant par là, nous donnait toute sa nostalgie. Et ta semence s’est mélangée à l’écume…
    
    MARIANNE(à Léonard) – Et tu veux voyager avec elle ? Tu veux voyager les yeux fermés ? Tu sais qu’elle aura confiance en toi parce que tu as touché son corps parfait avec ton esprit.
    
    LÉONARD(à Marianne) – And Jesus was a sailor When he walked upon the water.
    
    MARIANNE(à Léonard) – maintenant Suzanne prend ta main et te conduit à la rivière. Elle est vêtue de haillons et de plumes venant de l’Armée du Salut. Et le soleil coule comme du miel sur Notre-Dame du port, et elle t’indique où regarder au milieu des déchets et des fleurs.
    
    SUZANNE(à Léonard) – Il y a des héros dans les algues.
    
    MARIANNE – Comment se fait-il que je ne sois pas jalouse quand je les vois tordre leurs corps ruisselants de gouttelettes et de plaisir ? Léo me dit toujours qu’il ne ressent rien pour elle, mais à chaque fois cette cérémonie de la rivière le fascine et le hante. C’est pourquoi j’ai voulu voir moi aussi et je suis venue. Et même si ce n’est pas moi qui baise, même si c’est eux sans moi, même si c’est Léo sans Marianne, je suis tout autant fascinée et hantée. Pourtant hier encore nous avons fait l’amour et ce n’était pas une baise à la papa ! Bon Dieu de cul ! Je lui ai tout fait, il m’a tout fait… Je voulais l’épuiser parce que je savais qu’aujourd’hui il y avait la rivière. Apparemment, il a retrouvé des ressources… Léo n’a aucun amour à lui ...
«123»