1. La Sodomie d'une nuit d'été (1)


    Datte: 05/08/2022, Catégories: Gay Auteur: addict_reader

    Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Malgré tous mes efforts, je n’y parvenais pas... À dormir, je veux dire. Il était tard maintenant et j’étais seul dans mon lit, bras et jambes écartées en étoile de mer, à fixer le plafond. Mes draps étaient défaits à force de me retourner dans mon lit. Je m’étais pourtant couché tôt, d’une part, car j’étais fatigué, et d’autre part, parce que je n’avais rien de mieux à faire. Pourtant une fois étendu sur mon matelas, le sommeil m’a échappé. J’ai d’abord tenté de lire un livre, j’ai ensuite ouvert mon ordinateur pour regarder une série, mais je ne savais laquelle choisir, alors j’ai refermé mon pc. J’ai même essayé de me masturber, quand bien même je n’en ressentais pas particulièrement le besoin, « cela m’aidera sûrement à chasser toutes les pensées qui me retiennent de dormir » me dis-je. Je me suis donc astiqué frénétiquement, dans le seul but d’en finir, puis rapidement, je me suis fatigué le bras, alors j’ai arrêté, et j’ai fait l’étoile de mer.
    
    Finalement, j’ai sorti des vieilles fringues du placard, à savoir un jogging, un tee-shirt noir uni et un petit gilet un peu usé, et me décidai à faire un tour en ville.
    
    J’adore l’ambiance de la ville la nuit. En général, la ville, c’est triste pour moi qui viens à l’origine d’un milieu plutôt campagnard, mais la nuit, la ville se sublime. Tout devient moins brouillon et beaucoup plus nuancé, le brouhaha des voitures s’estompe pour laisser la place au sifflement du vent dans les ...
    ... rues, le ciel n’éblouit plus, il scintille en s’accordant avec l’éclairage public et les lumières des maisons. Je ne m’attarde pas plus longtemps sur ce fait, car je ne saurai rendre la grâce de cet instant, mais sachez simplement, cher lecteur, que c’est pour moi une expérience extrêmement agréable et personnelle, et j’oserai (presque) avouer que c’est selon moi le plaisir solitaire par excellence. Voilà donc presque une demi-heure que je déambulais dans les rues, quand je suis passé devant un bar.
    
    A cette heure, il ne restait plus grand monde à la terrasse, à part trois gars, la trentaine, qui discutaient tranquillement, et j’ai deviné que la clientèle du bar était majoritairement homosexuelle.
    
    Je suis resté là quelque temps à les observer.
    
    Je suis moi-même homosexuel, pourtant je n’ai jamais fréquenté de lieu estampillé « gay ». Moi je ne pouvais pas m’afficher comme ça. J’ai vingt ans et j’ai profité de mes études, loin du domicile familial et des repères habituels, pour mettre au clair certaines choses avec moi-même, et cela m’a plutôt réussi. J’ai fréquenté quelques garçons bien qu’il n’y ait eu rien de vraiment sérieux jusque-là. Je n’ai jamais eu de vrais rapports sexuels non plus, enfin j’ai déjà branlé un mec et j’ai déjà eu le goût d’une bite dans ma bouche, mais il n’y a jamais eu pénétration. Je me suis donc mis à penser à toutes ces choses, toujours en fixant ces trois garçons. Je ne fantasmais pas sur eux, bien qu’avec du recul, ils étaient tout à fait ...
«1234»