1. Mes chères amies (6)


    Datte: 01/08/2022, Catégories: Transexuels Auteur: Justine_

    Vous êtes très nombreux à lire et aimer cette histoire. Je vous en remercie. N’hésitez pas à cliquer sur j’aime, ça me fait super plaisir.
    
    Pour rappel : Ce récit est classé dans la catégorie fantasme, même si l’imaginaire et le réel se mélangent de temps en temps.
    
    —-----------------------
    
    Elles me tiennent toujours les mains et j’ouvre les yeux. Je me découvre complètement dans ce miroir. J’ai le souffle coupé. Je ne me reconnais à peine. Je reste bouche bée devant cette image. Je vois une femme, élégante, je peine à comprendre que c’est moi. Je reste figé à m’observer, doucement d’une main je me touche le visage, mes cheveux, ma bouche, en silence. Puis de mes deux mains, je glisse sur ma poitrine en m’attardant dessus.
    
    — Mon Dieu... mon Dieu...
    
    Et mes deux mains toujours très doucement descendent sur mon ventre, je sens sous le tissu le renflement de la lingerie, descends sur la jupe et passant doucement sur le relief des jarretelles et des attaches. Je savoure l’instant en silence... Léa et Sarah sont derrière moi, souriantes, silencieuses aussi, à observer ma découverte, la découverte du moi, de ma vraie personnalité... Je me tourne sur moi-même, je veux tout voir, mon profil, mon dos... mes mollets gainés, les talons... Il y a quasiment du fétichisme dans mon action, dans ma découverte du personnage qui s’avère être moi... moi profond, c’est-à-dire Justine.
    
    Je m’approche du miroir, je veux voir mon visage de plus près. Ce n’est pas Dieu possible, je ...
    ... ressemble à une femme... Le maquillage y contribue beaucoup, mais quand même ! Mes yeux deviennent embués et une larme coule. Je me retourne vers mes deux amies et ouvre mes bras, je veux les serrer fort conter moi.
    
    — Oh non Justine ne pleure pas... ton maquillage.
    
    — Et puis tu vas nous faire pleurer aussi...
    
    Trop tard, mes yeux s’enlarment complètement et Sarah comme Léa se mettent à pleurer aussi. Je les sers contre moi et sans me soucier du maquillage, je les embrasse et encore et encore.
    
    — Merci les filles, vous êtes des véritables amies, merci de me faire vivre cela.
    
    On reste ainsi un moment. Léa se retire et dit.
    
    — Ah bah super, toutes les troisy a plus qu’à se remaquiller, et on éclate de rire.
    
    Retour à la salle de bains et retouche makeup.
    
    — On va t’apprendre à te maquiller seule Justine... me dit Léa.
    
    Revenues dans le salon, on s’installe dans les fauteuils avec un goûter préparé, pour parler de tout ça, de l’émotion suscitée, de mes impressions, de mes envies, mes sentiments, si elles avaient eu raison de prendre l’initiative, etc. les filles me disent comment elles me voient depuis toujours, ce qu’elles imaginent pour moi. Clairement, elles m’expliquent qu’elles savent depuis longtemps que j’ai des comportements, des attitudes, des manières de voir les choses assez féminines... qu’elles ressentaient que mon cops et mon esprit n’étaient pas en adéquation ! Et que pour elles, il fallait un jour que je me révèle, je m’accepte... Persuadées que ...
«1234»