1. Isabelle cache bien son jeu


    Datte: 26/07/2022, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme Masturbation jouet, Auteur: DeBernis59

    Le confinement durait depuis trois semaines déjà. Il avait fallu inventer des occupations. Entretenir le lien social.
    
    C’est ainsi qu’était né notre « club apéro » sur la messagerie instantanée d’un réseau social.
    
    Un rendez-vous quotidien à 19 h, devant un verre de vin, de rhum ou de whisky, pour donner et prendre des nouvelles, rire et parler de nous.
    
    Nous, c’est un groupe de six amis nordistes, noyau dur d’une bande mi-professionnelle, mi-festive.
    
    Paritaire le groupe !
    
    Un couple reconstitué, Bastien et Marie, confinés ensemble. Lui, grand, sportif. Elle, jolie petite blonde, très mince, mais des seins apparemment généreux et fermes. Les ambianceurs du groupe, toujours à déconner… et à déraper sur leur activité sexuelle intense.
    
    De quoi faire râler les autres.
    
    Aurélie et Philippe, un couple aussi, mais confinés chacun de son côté, enfants obligent. Jamais en retard pour parler de sexe. Nous avions discuté très librement de nos expériences échangistes, je leur avais conseillé un ou deux saunas parisiens. Philippe vivait mal l’isolement et je le sentais très « tendu » sexuellement.
    
    Et nous, deux vrais célibataires : Isabelle, petite brune méditerranéenne, la quarantaine. Un corps de rêve. Je dansais souvent avec elle lors de nos soirées et j’éprouvais la chaleur et la fermeté de son corps. Son image accompagnait régulièrement mes masturbations nocturnes. Mais elle restait toujours très réservée. Pas facile à cerner. Et je n’osais franchir le pas.
    
    Il ...
    ... faut dire que depuis ma séparation, il y a deux ans, je n’avais pas beaucoup de temps à moi. Entre les rencontres fugaces via les applications spécialisées, les soirées dans les clubs frontaliers en Belgique et quelquessex-friends régulières, mes soirées étaient bien occupées. Et je n’étais pas pressé de revenir à une vie de couple conventionnelle.
    
    Ce soir-là, Philippe avait lancé la discussion un peu plus tôt. Je sortais à peine d’une visio-conférence de deux heures pour le boulot et l’esprit pas complètement libéré. Cela ne m’empêcha pas de remarquer le petit pull très près du corps qu’Isabelle semblait porter à même la peau, à en croire les tétons qui pointaient sous le tissu.
    
    Nous échangeâmes les blagues habituelles, qui devenaient déjà banales, la frustration montait chez les célibataires et le cœur n’y était plus.
    
    On ne s’éternisa pas et j’allais entamer un rapide dîner devant une série quand le vibreur de la messagerie m’alerta de nouveau.
    
    — Gauthier, tu avais l’air triste ou un peu contrarié. Ça va ?
    
    Délicieuse Isabelle. Comment rester insensible à cette gentillesse ? Mais pouvais-je lui avouer que je vivais mal ce sevrage sexuel qui ne faisait que renforcer mon désir pour elle. Après tout, les barrières sociales et les usages étaient un peu abolis en ce moment… c’était peut-être l’occasion de tester un peu ma charmante amie.
    
    — Merci Isa. C’est un peu compliqué de gérer mes affaires en ce moment. Et je ne te cache pas que la solitude me pèse. Mais ça ...
«123»