1. La jupe (10)


    Datte: 25/07/2022, Catégories: Transexuels Auteur: trolive

    Cette histoire, réelle, est la suite logique et chronologique des chapitres précédents même si elle peut se lire indépendamment. N’hésitez pas à laisser en commentaire vos impressions et, pourquoi pas, votre propre vécu dans un contexte similaire.
    
    Je fis le retour en train, totalement déconnecté de ce qui se déroulait autour de moi. J’étais submergé par des sensations et des pensées fusant dans toutsles sens.
    
    J’avais embrassé un homme ! je l’avais fait jouir avec ma bouche, j’avais adoré sentir cette bite me juter dans la gorge ! j’avais avalé sa semence ! Et j’en avais encore envie ! A ce moment précis dans le train qui me ramenait chez mes parents, si un mec m’avait demandé de le suivre dans les chiottes pour le sucer, j’y serai allé !
    
    Je compris le plaisir immense de Bab, et par projection celui de la plupart des femmes, à faire grossir le sexe d’un homme entre leurs lèvres, à découvrir ce mélange de dureté et de douceur dans leurs bouches, à sentir les spasmes de la bite expulsant l’éjaculat, à apprécier son goût. Oui, je comprenais ce mélange de soumission et de pouvoir extrême qu’elles possédaient.
    
    Je sus que je ne pourrais pas, comme elles, m’en passer.
    
    Alors quoi... j’étais juste un PD ?!
    
    Dans la rue qui me ramenait à la gare, dans la salle des pas perdus attendant mon train, ce n’était pas les hommes que je regardais, c’était les femmes ! Leurs visages, leurs culs, leurs jambes, leurs seins ! J’étais amoureux de la féminité ! Du simple mouvement ...
    ... d’une robe, à une bretelle de soutif, d’une mèche de cheveux tombant sur un visage à une nuque dégagée. D’une jupe courte sur de longues jambes à une petite culotte à peine entraperçue ! De leur fente moulée par un jean trop serré à l’élastique d’un slip sciant une fesse à travers un vêtement ! J’étais amoureux des femmes... si fort qu’une partie de moi voulait leur ressembler.
    
    —-----------------------------------------------------------------------------
    
    Comme l’année passée, je travaillai tout le mois d’août au camping de mon village. J’avais tout de même mes WE de libre. J’allai quelquefois, après le boulot à la plage naturiste, mater des jeunes femmes qui bronzaient nues. Je me branlai pitoyablement rapidement, planqué derrière des oyats, les yeux rivés sur leur sexe ou leur cul.
    
    Une fin d’après-midi, en parcourant ces dunes en quête de femmes à reluquer, je m’aperçus qu’un homme suivait le même chemin dunaire pas très loin derrière moi.
    
    — Un voyeur comme moi, pensai-je.
    
    Mais à chaque fois que je regardai dans sa direction, j’eus l’impression qu’il se touchait. A cette époque, je ne savais pas encore que c’était un signe révélant une recherche de plan Q. Au bout d’un moment, j’eus forcément un doute et pour en avoir la certitude, contre toute logique topographique, je pris un sentier qui menait vers un bois de pins. Je jetai un œil furtivement par-dessus mon épaule. L’homme me suivait toujours.
    
    Mon cœur se mit à battre la chamade. Je rentrai dans la ...
«1234»