1. Dimanche


    Datte: 27/06/2022, Catégories: ff, Collègues / Travail groscul, amour, ffontaine, Oral fdanus, lesbos, Auteur: Lesbo Lover

    Résumé des épisodes précédents : «Vendredi » et «Samedi »
    
    — Moi aussi je t’aime. À mardi.
    
    Je coupe la connexion WhatsApp audio, un peu confuse sous le regard amusé d’Isabelle allongée nue dans le lit conjugal dans lequel elle est finalement restée dormir.
    
    — C’est beau l’amour, se moque-t-elle.
    
    Je lui pince malicieusement la hanche avant de me blottir contre elle, trouvant somme toute naturel de me trouver dans la même tenue qu’elle en parlant à mon mari en déplacement en Asie.
    
    — Et toi, tu as quelqu’un ?
    — Non. J’ai rompu hier midi.
    
    Je me retourne aussitôt, refusant de comprendre.
    
    — Tu n’as pas mangé avec ta fille ?
    — Non.
    
    Je la dévisage, interdite, trouvant tout de même ma jalousie déplacée.
    
    — Tu as rompu à cause de moi ?
    — Non. Grâce à toi. Notre histoire était quasi terminée.
    — Et la nôtre ?
    — Quelle histoire ? dit-elle en m’attirant contre elle pour un baiser amoureux si intense que j’en frissonne malgré le froid qu’elle a jeté en me parlant de son repas d’adieux.
    
    Même pas
    
    Rassasiée par notre nuit de folie, je retrouve vite le chemin de ses seins qui m’excitent au plus haut point et cela semble réciproque.
    
    — Tu es insatiable, plaisante-t-elle.
    — Tu t’en plains ?
    — Du tout, mais ce midi je déjeune réellement avec ma fille.
    
    Je m’assombris à nouveau, m’écartant sans douceur.
    
    — Tu m’abandonnes encore ?
    
    Elle me sourit amusée.
    
    — Je refais ma phrase. Nous allons déjeuner avec ma fille qui est seule ce week-end. Elle est ...
    ... séparée aussi et son fils est avec son père.
    
    Devant mon étonnement, elle poursuit.
    
    — Elle connaît mes goûts sexuels, mais je lui ai juste dit que tu étais une collègue qui a besoin de compagnie. J’ai menti ?
    — Non. Mais…
    — Mais rien. On s’habille, on déjeune chez Alice et on file chez moi faire l’amour.
    — Si je veux ! fais-je riante en quittant le lit pour me préparer au plus vite sous le regard amusé d’Isabelle qui, mine de rien, prend ma vie en main.
    
    Alice est de compagnie agréable et excellente cuisinière de surcroît, mais l’atmosphère durant le repas est étrange, car je ne crois pas un instant qu’elle a gobé l’histoire de la collègue solitaire.
    
    Les regards que j’ai échangés avec Isa n’ont pu lui échapper si j’en crois son sourire mutin parfois, et je m’en ouvre à ma chérie sur le trajet du retour vers son appartement.
    
    — Ta fille à tout compris, je crois.
    — Oui. Elle t’a trouvée charmante.
    — C’est tout ?
    — Non. Elle m’a souhaité de bien nous amuser en rentrant chez moi, ce que j’ai bien l’intention de faire !
    
    Isa me dépose un bisou furtif dans le cou tout en posant sa main assez haut sur ma cuisse découverte, me faisant presque perdre le contrôle de la voiture.
    
    — Ce n’est pas prudent quand je suis au volant.
    — D’accord.
    
    Elle obtempère sans discuter, gardant tout de même sa main en place tout le long du trajet me maintenant volontairement dans un état d’excitation patente.
    
    Et sitôt la porte franchie, elle se colle à moi pour un baiser chaud que ...
«1234»