1. L'envers du décor... (9)


    Datte: 23/06/2022, Catégories: Hétéro Auteur: Zygzags

    J’allais mieux, mais je n’ai retrouvé le sourire que le mercredi suivant. Est-ce le message de Peter pour prendre quelques nouvelles ? Certainement ! Il avait appris par Nicolas que j’étais malade, et son message m’a beaucoup touchée. Quoi qu’il en soit, j’avais décidé de tout mettre à plat. C’est sans doute pour cela que j’ai appelé juste après son message. Il était déjà tard et je ne l’aurais certainement jamais appelé s’il ne m’avait pas envoyé ce message d’amour et de rétablissement.
    
    J’ai eu du mal à lui parler au début, et puis d’un coup, tout s’est libéré. Les banalités ont laissé place à ce que j’avais sur le cœur. J’aimais profondément Peter comme rarement on aime une personne. Pas parce qu’il m’a fait beaucoup de bien en me faisant l’amour, pas parce qu’il était doux, pas parce que je le trouvais beau... Bien sûr que ça comptait, mais j’avais cette sensation étrange dès que je pensais à lui. Je ne savais ni pourquoi ni comment, mais je savais ! Quand je lui ai fait part de ce que je ressentais et de la force de mon amour pour lui, il m’a dit que c’était réciproque. Cependant, je n’arrivais pas à concevoir de quitter Julien. C’était mon premier petit ami et mon premier amant. Mes premiers baisers, mes premières émotions, je les avais vécus avec lui. Peter me disait de me laisser du temps. Ça ne nous empêchait pas de vivre notre amour à distance. Nous nous verrions bientôt et nous pourrons en profiter.
    
    J’ai voulu mettre les choses au clair avec Nicolas ...
    ... également. Nous nous entendions bien, mais nous n’avions jamais reparlé de notre trajet retour. Aussi, avant même le début des cours, je lui ai demandé de passer à mon appartement le soir même. J’avais le cœur qui battait la chamade quand je lui ai ouvert la porte. Il a salué Sabrina et nous sommes directement allés dans ma chambre. A peine ma porte fermée, il a eu une phrase qui a bien détendu l’atmosphère. « Tu t’es enfin décidée à coucher avec moi ? » J’ai ri un bon coup avant de reprendre.
    
    — Pas encore, mais c’est de ça dont je voulais te parler.
    
    — De coucher avec moi ? Mais c’est quand tu veux !
    
    — Tu te souviens de notre jeu dans le bus ?
    
    — Comment je pourrais oublier !
    
    J’avais beaucoup apprécié de jouer avec lui, mais je voulais connaître son point de vue. Nicolas a mis cartes sur table. Comme il me l’avait déjà dit, il avait des sentiments pour moi et il était conscient que ce n’était pas réciproque. Pour lui, ce qu’il s’était passé dans le bus était un cadeau. Si je voulais recommencer, ou même aller plus loin, il serait tout à fait d’accord. Mais quoi qu’il arrive, il ne me forcerait jamais à quoi que ce soit. « Et le jour où tu te décides, si ta coloc’ veut participer y a pas de problème ! » J’aimais quand il sortait ce type de phrase. Ce n’était jamais sérieux, même s’il n’aurait pas dit non à pareille circonstance. Et puis, ça me faisait toujours rire.
    
    Il y eut un petit moment de silence avant de sentir mes larmes rouler sur mes joues. La culpabilité, ...
«1234...15»