1. Passions


    Datte: 21/06/2022, Catégories: ff, ffh, couple, Collègues / Travail amour, fsoumise, fdomine, hdomine, BDSM / Fétichisme Oral Auteur: Xochiquetzal

    ... Alors, il te fait l’amour et tu peux l’apprécier, car son désir a grandi au cours de la pièce, et toi, tu es prête à le recevoir, car ton corps est préparé. Bien sûr, plus ce que tu portes est joli, plus c’est agréable pour ton amant. Et plus il y a de sous-vêtements, plus la pièce est longue et difficile à jouer !
    — Tu dois avoir raison. Mais n’y a-t-il pas aussi un peu de fausse pudeur dans le fait de porter de la lingerie ? Ne crois-tu pas qu’il s’agit de cacher les symboles du plaisir, comme on se dissimule en faisant l’amour sous des draps ?
    — Peut-être, à l’occasion, mais cela ne me semble pas être un élément de réponse prépondérant. Quand bien même, cela en serait un, je n’en serais pas choquée. Pour ma part, j’estime qu’il y a du bon à ce que l’acte d’amour engendre un peu de retenue. Je trouve tellement merveilleux de créer une si grande intimité. J’ai peur de voir l’acte d’amour se banaliser. Le plaisir sexuel serait mis sur le même rang que les petites satisfactions que nous offre notre société. Il serait dévalorisé…
    
    L’une et l’autre sont muettes au sujet de Yoann. Elles meurent d’envie d’en parler, mais ne trouvent pas l’instant propice pour aborder le sujet. Finalement, Stéphanie invite son amie à l’accompagner chez elle, après la fermeture de la boutique. Lorsqu’elles arrivent dans l’appartement, Stéphanie demande à Hélène de se mettre à l’aise. Cette dernière comprend ce que signifient ces mots. Elle retire le tee-shirt et le caleçon qu’elle portait et ...
    ... les pose sur le dos d’un fauteuil. Elle dévoile ainsi un coordonné de dentelle noire : un slip de forme brésilienne et un soutien-gorge aux fines bretelles. Pendant ce temps, Stéphanie s’est elle aussi débarrassée de ses vêtements. Elle porte donc simplement une culotte et une brassière de coton jaune. Les deux jeunes femmes s’assoient en tailleur sur le lit de Stéphanie, face à face.
    
    — Il m’a invitée à Brest, déclare la jeune femme, et je suis tombée dans le piège de sa séduction.
    
    Puis elle raconte à son amie toute leur histoire, ne cachant pas sa peur initiale ni l’intensité des sensations et du plaisir rencontrés avec Yoann. Hélène écoute avec beaucoup d’attention, sans prononcer un mot. Bien entendu, Stéphanie explique aussi qu’elle ne voit plus Yoann depuis le lendemain de l’affaire, parce que son corps avait refusé de vivre ainsi, ce qui émeut quelque peu Hélène. La discussion se prolonge tard dans la soirée. Les deux femmes cherchent à déterminer leur avenir. La solution qu’elles envisagent n’est pas conventionnelle : si Yoann veut encore de Stéphanie, il devra considérer qu’elle ne fait qu’une avec Hélène. Si ce n’est pas le cas, elles se passeront de lui. Elles sont parfaitement satisfaites de ce plan.
    
    — Je vais l’appeler, annonce triomphalement Stéphanie.
    
    Aussitôt dit, aussitôt fait :
    
    — Allô,
    — C’est Stéphanie, te rappelles-tu de moi ?
    — Évidemment, je ne rêve que de toi. Mais je n’ai rien fait pour mériter ton appel, ne suis-je plus exclu de ton ...
«1234...8»