1. Simona dans le désert


    Datte: 17/06/2022, Catégories: fhh, fplusag, couleurs, extracon, extraoffre, cocus, vacances, Oral préservati, pénétratio, Partouze / Groupe occasion, extraconj, Auteur: John Langlais

    **********
    
    Alors, pour cette entrée en matière, je commence par présenter non pas une de mes histoires personnelles, mais une escapade de deux amis à moi, Simona et Vincenzo.
    
    Ils sont tous les deux Italiens. Au moment des faits décrits ici, Simona avait eu cinquante-deux ans, et Vincenzo cinquante-cinq. Tous les deux sont de la classe moyenne professionnelle et libérale des grandes villes métropolitaines italiennes.
    
    Simona est médecin, travaillant dans un hôpital en tant que neurologue, tandis que Vincenzo est cadre supérieur dans l’industrie. Simona est petite… non : menue, elle a une ligne mince, fine, des formes rarement fréquentes parmi les femmes de son âge (du moins dans mon pays natal !), qui font l’objet d’envie chez pas mal des femmes plus jeunes qu’elle. Cheveux bruns, allant jusqu’aux épaules, parfois teintés vers leurs fins avec un certain auburn, qui complémentent bien sa peau mate, une peau renforcée par des vacances naturistes pendant l’été et le bronzage intégral.
    
    Vincenzo est un peu plus grand, maigre sans être chétif, des cheveux poivre et sel, mais beaucoup plus sel que poivre. Avec le fil des années, surtout après l’aube de ses cinquante ans, les lignes sur son visage sont devenues plus prononcées, surtout sur son front, ce qui l’empêche d’être l’incarnation d’un Italien distingué à l’âge de la maturité. En plus, il est un peu moins bronzé que Simona. Néanmoins, il garde toujours une certaine allure par sa personnalité, il est charmant, bon ...
    ... vivant, avec un certain sens de l’humour, une sophistication qu’on remarque toujours quand on croise et côtoie la bourgeoisie italienne, surtout dans le nord et le centre du pays.
    
    Leurs passe-temps sont ceux d’un couple typique de cette couche sociale : bouquins, galeries, voyages, restaurants, etc. Et en plus, ils sont tous les deux libertins. Leur libertinage est quelque chose qu’ils abordent soit seuls (car leurs métiers imposent des déplacements en Italie et ailleurs) soit ensemble, lors des visites aux clubs italiens, ou en vacances. L’appétit sexuel de Simona dépasse Vincenzo, et depuis une bonne dizaine d’années, ils ont découvert les plaisirs du candaulisme. En même temps, ils sont aussi naturistes. Je dirais que Simona et Vincenzo sont les preuves qu’on peut être les deux, précisément car ils ont le bon sens et le savoir pour faire la distinction entre les deux.
    
    Pour information, je n’ai pas pu découvrir cela tout de suite avec eux ; il m’a fallu jusqu’à la deuxième année après les avoir connus (on s’était rencontrés lors des vacances naturistes d’été, dans le même établissement) pour que je parvienne à découvrir quelques-unes de leurs escapades, et à découvrir leurs goûts. Elle m’avait offert son corps superbe, lisse, imberbe, à côté d’une piscine lors d’une nuit méditerranée estivale d’une douceur où on pouvait jouir presque grâce au simple bonheur d’existence, sans ajouter le plaisir de baiser avec une femme si épicurienne.
    
    C’est presque un stéréotype de ...
«1234...»