1. Les 10 km de Saint-Jean-de-Luz - L'échauffement


    Datte: 30/04/2022, Catégories: fh, hplusag, Collègues / Travail sport, Oral nopéné, Humour occasion, Auteur: Cormobin

    À l’approche de la cinquantaine, j’ai subi de plein fouet deux événements que je n’ai vu venir ni l’un ni l’autre, et dont je n’ai fait le rapprochement que bien plus tard. Comme quoi, on peut être Bac+5, directeur d’un service technique, reconnu par ses pairs, et un peu benêt dans le même temps. J’avais donc pris pas mal de poids et ma femme avait demandé le divorce. Le plus simple, finalement, ce fut le divorce. Avec un peu de recul, nous arrivions sans doute au bout de notre aventure. Nos deux enfants étaient partis, autonomes, et vivaient leur vie loin de ce qui était le cocon familial. Ma femme, enfin, ma désormais ex-femme, était dans le milieu médical, nos cercles d’amis étaient très différents. Elle voulait retrouver sa liberté. Au bout de quelques mois, c’était chose faite. Nous étions suffisamment à l’aise sur le plan matériel pour retrouver des maisons qui allaient nous permettre de débuter une nouvelle vie, chacun de notre côté, en bons termes, sans doute plus courte que celle que nous avions vécue, mais là n’est pas le sujet de cette histoire.
    
    Donc me voilà, Simon, cinquante ans et quelques mois, 98 kg sur la balance, pour 1,90 m. Certes, il y a pire, mais au niveau IMC, il y a surtout mieux. Donc seul, je prends une décision courageuse, je me mets au footing, au running, à la course à pied, enfin, disons, je commence par filer au Déca du coin pour m’équiper. Au passage, j’ai trouvé assez rigolo qu’une jeune vendeuse m’explique les vertus respectives des ...
    ... cuissards avec slip intégré ou non, selon la « liberté » que l’on veut accorder à ses… enfin bon, on se comprend. Dans le même temps, j’arrête la bière (ou presque) et je diminue le nombre de pizzas ingurgitées. Sans tomber dans une abstinence totale, avouons-le.
    
    Je dois dire qu’au bout de quelques mois, environ vingt-quatre, j’ai trouvé mon plaisir dans la course, à raison de deux à trois séances par semaine. Après avoir ahané au début pour faire 2 km, je suis devenu capable de dépasser régulièrement les 10 km. Et dans la même dynamique, après avoir caché mes efforts physiques à mes collaborateurs, de peur du ridicule, et surtout au cas où j’aurais abandonné la course, j’ai fini par en parler, largement, à mes proches. Car, après deux ans, j’ai obtenu mon certificat médical d’aptitude pour la pratique de la course à pied, y compris en compétition. Mon premier diplôme depuis la fin de mes études d’ingénieur !
    
    Je m’inscris à mon premier 10 km, et je survis ! Certes, 1 h 04, ce n’est pas génial, mais si on prenait en compte dans le classement l’âge, la taille et le poids, mon classement serait bien meilleur que celui obtenu sur la seule base du chronomètre. On peut rêver. J’ai donc, à partir de cette époque, fait régulièrement ces 10 km. J’encourage d’ailleurs tous les lecteurs et les lectrices à me suivre dans cette voie. Au début, on a l’impression d’être ridicule, avec un style qui ne ressemble à rien, on n’avance pas, c’est dur. On craint de se faire moquer. Mais non, il ...
«1234...7»