1. Je suis devenue sa pute (9)


    Datte: 15/01/2022, Catégories: Transexuels Auteur: Kruise

    ... leur obéir avec grand plaisir. Certains ont des besoins de sexe brutal, et moi aussi, alors je les encourage à ne pas se retenir, certains en profitent alors pour me gifler comme j’aime tant.
    
    Je sais à quel endroit m’exposer le samedi pour la sortie du bar du coin. Il n’est pas rare que je me fasse alors emmener par un petit groupe d’amis qui veulent se partager une bonne salope qui aime jouer à la pute.
    
    Un soir, en retournant chez moi, une voiture s’est arrêtée. Le chauffeur me dit que des hommes recherchent une travestie comme moi pour s’exhiber devant eux. J’accepte donc d’embarquer avec lui et il m’emmène dans le quartier voisin qui est un peu plus cossu. Effectivement, trois hommes noirs m’attendent dans une salle privée d’un club en sirotant un verre. Lorsque j’entre dans la pièce, le silence se fait. L’un d’eux me demande alors de danser pour eux. Je commence donc un lent strip-tease durant lequel je prends plaisir à leur montrer ma poitrine et mon cul. Ils apprécient le spectacle et comme ils sont excités, et moi aussi, je me mets à genoux pour les sucer à fond et boire leur sperme qui coule en bonne quantité. Il y a juste le dernier qui veut plus qu’une pipe. Il est déjà nu, la queue bien bandée, assis dans le fauteuil. Je me mets immédiatement complètement nue et me mets dos à lui afin de bien m’asseoir ...
    ... sur son superbe sexe.
    
    Il me prend alors par les hanches pour me donner le rythme et moi je commence mes mouvements sur sa queue.
    
    J’adore cette pénétration ! Lorsqu’il se vide en moi, il me tire par les cheveux vers lui pour me dire : « tu vas bien me nettoyer sale travelo videuse de couilles ». Je me relève doucement en serrant les fesses, me retourne et m’agenouille devant lui. Je prends dans ma main sa queue qui sort à l’instant de mon cul et je la liche consciencieusement avant de la prendre toute dans ma bouche pour m’assurer qu’elle est bien propre.
    
    Je fais sans relâche le tour de mon bloc appartements, offrant mon corps aux pervers du coin en manque de sensations fortes. Je n’ai aucun standard ni aucune limite. Lorsque je ne suis pas utilisée, j’écoute les films pornos diffusés sur l’horrible télé offerte dans ma minable chambre. Lorsque je me masturbe, je le fais comme les femmes le font. Lorsque je suis reposée, je recommence à déambuler dans mes vêtements sexy et féminins.
    
    Pour démontrer mes envies, je porte des bracelets de cuir avec des attaches. Les curieux spécimens du coin m’offrent souvent des produits visant à me détendre et je les prends tous. De même, j’accepte qu’on me baise sans condom si tel est leur désir.
    
    Je me souviens que ce n’est pas un pénis que j’ai, mais un petit clito de salope. 
«12»