1. Une semaine à la maison (1)


    Datte: 15/01/2022, Catégories: Transexuels Auteur: Breizh_du35

    ... dire que cela ne dure pas longtemps avant que je vienne en elle et elle est très déçue de ma prestation.
    
    — Je suis désolé, je ne sais pas ce qui m’a pris d’agir comme ça.
    
    — Tu n’as jamais été comme ça, c’était violent et sans plaisir pour moi.
    
    — Je ne sais pas ce qui m’a pris.
    
    — En tout cas sache que ça n’arrivera plus, la prochaine fois que tu joues à ça je m’occuperais de te calmer.
    
    — Oui mon amour.
    
    Je suis mal à l’aise, rouge comme une tomate, je décide de laisser ma femme pour la nuit et je file dans le salon dormir sur le canapé. Elle me réveille de bonne heure.
    
    — File dans la chambre avant que les enfants se lèvent et cache-moi cette érection.
    
    — Oui mon amour.
    
    Penaud, je regagne la chambre et attends que tout le monde soit parti pour en sortir. Je me sens très mal. Ressassant mon attitude de la veille et tout ce qui s’est passé, l’excitation de la journée de la veille. Je repense à la robe à laver, et de la lessive que je dois faire. Je prends le linge dans la panière et récupère la robe et le maillot de la veille. Alors que je mets le linge dans la machine, je reste comme hypnotisé par la culotte en dentelle de ma femme, celle qu’elle portait hier soir et qui était humide quand je l’avais enlevée. Machinalement, je la porte à mon nez et je m’imprègne de l’odeur intime de mon épouse.
    
    Je sens mon sexe gonfler, non plutôt vouloir exploser dans mon slip tellement il est raide. Cette dentelle, la finesse du tissu, ce petit nœud sur le devant ...
    ... sur le bord de l’élastique. Une envie irrépressible m’envahit la tête, celle de porter cette culotte. Je n’arrive pas à penser à autre chose, je lance la machine et m’empresse de rejoindre notre chambre, je me mets à poil et enfile la culotte, je prends la robe qui est posée sur la chaise de la coiffeuse, avant d’avoir eu le temps de m’en rendre compte, je déambule dans la maison en robe et petite culotte, mon cœur a cessé de battre la chamade, je suis comme apaisé. Tout le reste de la journée je la passe dans la robe, vaquant à mes occupations. En fin d’après-midi, après avoir remis la robe à sa place et rangé le reste des affaires lavées, je m’habille en gardant la culotte, j’éprouve tellement de plaisir à la sentir me rentrer dans les fesses.
    
    Mon sexe frotte sur la dentelle, afin que personne ne s’en aperçoive, j’enfile un caleçon à la place de mon slip habituel. Quand ma femme rentre, elle est mal à l’aise de savoir que je porte sa petite culotte mais plus sereine que ces dernières semaines. J’ai caché à ma famille que le projet sur lequel j’ai tant travaillé est pour moi celui de la dernière chance auprès de ma boîte. S’il ne va pas au bout je suis viré.
    
    — Bonsoir mon amour tu as passé une bonne journée ?
    
    — Pas très bonne et toi ?
    
    — Très bonne.
    
    — Au moins y a une personne qui en profite pendant que je travaille.
    
    — Pourquoi tu dis ça ?
    
    — Pour rien.
    
    — Ah j’ai retrouvé ta robe, je l’avais pliée et mise dans une mauvaise pile. Elle est sur cintre dans ...
«1...345...»