1. La copine de ma mère (1)


    Datte: 14/01/2022, Catégories: Hétéro Auteur: Beau papa

    ... maintenant, il n’est plus suspendu que par son bras emprisonné, laissant son corps très dénudé.
    
    J’en profite pour retirer mon tee-shirt et mon caleçon de nuit pour laisser mon membre turgescent prendre l’air et respirer.
    
    Je m’approche à nouveau d’elle, et au lieu de lui tirer le bras pour l’aider et la libérer, je lui descends la culotte jusqu’aux chevilles et dans un geste rapide, me colle à nouveau contre ses fesses pour ne pas lui laisser le temps de réagir, puis je m’agrippe à ses seins pour joindre l’envie au désir.
    
    Là, elle le sent bien, il va se passer quelque chose d’autant que je me frotte de plus en plus précisément dans la raie de ses fesses en ayant des mouvements assez appuyés. Elle ne résiste pas à ces lents va-et-vient, mais proteste mollement, pour la forme, tout en souhaitant que cela ne s’arrête pas.
    
    Ma main gauche s’occupant toujours de son sein en le caressant très délicatement pour s’amuser de son téton durci, ma main droite glisse lentement du sein vers le ventre, puis le bas-ventre, puis son minou.
    
    D’un doigt, je parviens à m’assurer qu’elle apprécie et que sa chatte est suffisamment humide. Moi mon souffle est court dans sa nuque et j’émets déjà de tout petits râles de plaisir.
    
    Ma main gauche maintenant quitte son sein et se dirige vers mon membre raide et dur comme rarement, ce qui montre ma grande excitation. Ma main saisit mon membre, dont le gland est déjà tout humide d’envie, puis le dirige vers le Graal.
    
    Elle a senti la ...
    ... dureté de ma queue et ne proteste plus, réclamant maintenant de l’avoir en elle. Elle m’offre son cul et moi j’accepte l’offrande. Je la pénètre assez vigoureusement et l’accueil de sa chatte douce, humide et chaude me comble de bonheur. Elle a l’air aussi d’apprécier, car elle m’encourage à continuer et surtout de ne pas m’arrêter.
    
    Je ne me fais pas prier et tente d’accélérer le mouvement avec le bassin pour aller plus vite et plus profondément. J’y parviens et suis déjà au bord de l’extase.
    
    Alors je m’arrête, car je ne veux pas venir trop tôt. Elle se retourne et s’accroupit devant moi pour prendre mon sexe dans sa bouche. Ce qu’elle fait avec sa langue et avec ses lèvres est inconnu pour moi et me fait tressaillir de plaisir. Elle aime mes pectoraux, car elle ne cesse de s’y agripper de sa main valide, sa bouche sur ma queue faisant le reste.
    
    Comme je ne veux jouir que sur elle, je l’invite à se relever et à se retourner dans notre position initiale.
    
    Cette fois-ci, la pénétration est aisée, car ma queue a trouvé son chemin toute seule, comme une grande. Il faut dire que ma compagne est une experte et sait adopter les bonnes positions. Ses petits soupirs ont sur moi un effet dévastateur et ses encouragements me font monter vers l’extase. Elle jouit avant moi et je ressens sur mon dard la générosité de son orgasme.
    
    Celui-ci m’achève et je ne peux retenir mes jets puissants de sperme sur ses fesses. C’est une inondation, je n’ai pas souvenir d’avoir eu une ...