1. La copine de ma mère (1)


    Datte: 14/01/2022, Catégories: Hétéro Auteur: Beau papa

    Une copine de ma mère, la quarantaine bien portante, jolie brune et sexy dans son peignoir en satin bleu, elle semble finir la vaisselle de son petit-déjeuner quand tout à coup, elle fait tomber son alliance dans le fond de l’évier. Mauvais présage, pense-t-elle.
    
    Elle commence par démonter la grille du siphon dans le fond de l’évier, avec un tournevis qu’elle a récupéré dans ma caisse à outils, car elle pense récupérer son alliance avec facilité, puis elle met la main dans le siphon et parvient à la toucher du bout du doigt. Mais sa main, chose improbable, reste coincée irrémédiablement. Malgré plusieurs tentatives, elle n’arrive pas à se décoincer la main toute seule. Un peu paniquée, elle parvient, en appelant à l’aide, à m’extirper de mon sommeil (ce n’est pas chose facile) et de mon rêve érotique matinal.
    
    Etant toujours réveillé longtemps après elle, je n’avais jamais remarqué qu’elle était aussi sexy et jolie au réveil, dans son peignoir.
    
    Même si la situation me paraît assez ridicule, devant son désarroi, nous essayons tous deux de la tirer de ce mauvais pas. Tout d’abord en faisant couler de l’eau puis en ajoutant du liquide vaisselle pour lubrifier.
    
    Rien n’y fait, et elle reste belle et bien en mauvaise posture. Je prends alors l’initiative de me mettre derrière elle pour pouvoir l’aider à tirer. Sous nos efforts conjugués et répétés, son peignoir s’ouvre peu à peu, laissant deviner qu’elle ne porte pas de soutien-gorge, puis s’ouvre un peu plus, laissant ...
    ... apparaître un sein puis les deux.
    
    La vue de cette magnifique poitrine avec ces seins lourds, mais naturels, notre position pas très confortable, mais tellement agréable avec son parfum me parvenant en direct dans les narines, ne tardent pas à faire réapparaître chez moi cette érection oubliée 5 minutes plus tôt lors de mon réveil.
    
    Elle ne tarde pas à remarquer qu’une certaine raideur a tendance à se frotter contre ses fesses, mais ne sait pas trop comment réagir, la situation étant assez incongrue.
    
    Nos tentatives pour la dégager semblent bien infructueuses, mais je dois reconnaître que ma position est très très agréable.
    
    C’est alors qu’elle décide de mettre fin à la petite séance de frottage et se retourne très précipitamment pour mettre sa main libre contre mes pectoraux musclés et me repousser gentiment en me disant qu’il faut trouver une autre solution.
    
    En se tournant, son peignoir s’ouvre définitivement, laissant apparaître sa formidable et aguichante poitrine, en plus d’une vision assez délicate de sa petite culotte en dentelle noire.
    
    Sa gêne est perceptible quand elle remarque la grosse bosse déformant mon caleçon.
    
    Elle se retourne alors pour essayer d’extirper enfin cette foutue main coincée dans l’évier.
    
    Je me décide alors d’en savoir un peu plus sur sa vulnérabilité, car dans ses efforts et ses gestes répétés, elle a réussi à faire tomber définitivement son peignoir de ses épaules (même si sans qu’elle s’en aperçoive, je l’ai un peu aidée) et ...
«123»