1. Vie étudiante (2)


    Datte: 13/01/2022, Catégories: Erotique, Auteur: normand14

    Pierre se déplaça dans l’encoignure du mur, assis sur le lit, les jambes repliées contre la poitrine, la tête dans les genoux. En face, Juliette allongée sur dos, les yeux fermés. Les deux jeunes restèrent immobiles dans cette petite chambre d’étudiant où les livres ouverts sur le plateau de bureau étaient la seule trace de leurs bonnes intentions de ce début de journée. Une honte différente les avait envahis, Juliette regrettait de ne pas avoir retenu ses ardeurs devant son ami, Pierre regrettait de ne pas avoir retenu son élan pour profiter de la situation.
    
    Pierre releva la tête et vit des larmes couler de chaque côté du visage de sa copine. Un visage qu’il avait du mal à reconnaitre tellement les traits avaient durci, le sourire qui irradiait n’était plus. Juliette la première rompit le silence.
    
    — Je suis désolée, jamais tu aurais dû voir cette scène, je ne sais pas comment je pourrais me présenter devant toi dorénavant.
    
    Elle s’enfouit la figure dans ses mains et sanglota à grosses larmes. Le dégout qu’éprouvait Pierre finit par s’estomper, il se rapprocha de son amie et souleva sa tête pour la poser sur ses cuisses en lui caressant les cheveux. Ce geste affectueux déclencha une crise de pleurs encore plus importante. Cette scène était incompréhensible, il ne comprenait rien à cette fille complètement libérée il y a trente minutes et maintenant complètement abattue.
    
    Juliette se leva soudainement et se dirigea sous la douche
    
    Le jet d’eau fouettait ...
    ... violemment le visage, elle ressentait cela comme une correction, un châtiment qui l’apaisait enfin. Pierre, par la porte entrouverte, regardait cette jeune fille devenir femme à ses yeux. L’eau formant des rigoles le long du corps, contournant la courbe des seins se rejoignant vers le nombril se divisant pour passer de chaque côté et se diriger vers les poils pubiens pour se retourner dans l’entrecuisse. Cette eau avait un sens érotique, il imaginait sa main prenant le même chemin pour caresser ce corps. Ce n’était pas sa main, mais celles de Juliette qui, maintenant, passaient par cette voie, elles étalaient le savon, le faisaient mousser par les aller-retour incessants, faisant des ronds sur son ventre, remontant sous la poitrine, prenant les seins par en dessous et les paumes remontant vers les pointes tendues, puis rejoignaient le cou pour redescendre par le même chemin pour arriver au sexe.
    
    Les jambes semi-fléchies et écartées, Juliette faisait pénétrer ses doigts, tels des écouvillons, pour se laver au plus profond de sa chair. Par des gestes mécaniques reprenait du savon et répétait les mêmes gestes.
    
    La laissant à sa toilette, Pierre enfila son slip et décida de préparer un thé. Juliette revint de la douche, une serviette autour de la poitrine tombant jusqu’aux genoux et une nouée dans les cheveux.
    
    — Merci pour le thé, dit-elle en s’asseyant à côté de son ami, lui tendant un sourire mêlé de mélancolie. Je n’arrive pas à me contrôler, j’ai besoin de sexe et j’en suis ...
«123»