1. Ma collègue de bureau… et son neveu (4)


    Datte: 12/01/2022, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: K-ro

    La suite, c’est un film dans le salon sur notre home-cinéma qui fascine Martine avec la taille de son écran et le son fabuleux qu’il délivre. Nous avions regardé par avance sur Canal+ ce qu’il pouvait y avoir comme film érotique, mais pas trop hard (genre Emmanuelle) et qui soit assez récent pour justifier sa vision. Il y avait justement Monella qui passait pour la première fois à la télé et qui avait l’air léger, joyeux et gentiment érotique selon les critiques. L’idéal pour ne pas effaroucher notre invitée.
    
    Donc, bien installés dans le canapé moelleux, Ber au milieu, nous entamons la projection avec devant nous encore quelques digestifs et des boissons fraiches histoire de rester dans l’ambiance. Effectivement, le film ne sera pas un chef-d’œuvre immortel, mais c’est gentillet. Vers la fin, c’est Ber qui commence les grandes manœuvres. Il se laisse aller à bander doucement, puis sa tige se dresse franchement. Prise par le film, Martine ne porte même pas cas à ce mouvement pas assez important dans le bas de son champ de vision.
    
    Je descends ma main sur la bite de Ber et l’empoigne doucement, rien de plus au début. Toujours pas de réaction. C’est quand je me mets à le branler un peu qu’elle finit par s’apercevoir du mouvement. Mais comme elle ne dit rien toujours pour le moment, je continue. Maintenant, elle n’a plus de doute sur le fait que je le branle sous son nez.
    
    J’y vais tranquillement, juste en rythme de croisière, et le film prend fin. Apparemment dans ...
    ... l’indifférence totale, surtout pour Martine qui a depuis un moment un autre centre d’intérêt. Ber se lève pour rallumer un lampadaire dont l’abat-jour prodigue une lumière diffuse pendant que j’arrête la projection avec les télécommandes diverses (décodeur, projecteur, ampli). Puis il revient s’asseoir, précédé par son gland décalotté qui attire irrésistiblement le regard de Martine. Il ne fait rien pour le cacher et je referme à nouveau mes doigts autour pour continuer ma petite branlette. Elle finit enfin par réagir :
    
    — Euh, ne vous gênez pas, surtout, faites comme si j’étais pas là...
    
    — Merci, j’avais peur que ça te gêne !
    
    — Euh... c’était sarcastique, juste pour faire remarquer que ce que tu fais est pas normal.
    
    — Comment pas normal ? On regarde un film érotique, mon mari bande, je m’en occupe. C’est normal, non ?
    
    — Euh, oui... Mais si vous êtes tous les deux, pas en présence d’autres personnes !
    
    — Oh, dis, tu nous as déjà vus faire tout à l’heure, et on s’est douchées ensemble...
    
    — Oui, mais...
    
    — Mais quoi ? Ça te fait des choses ? Dis-moi que mon massage t’a pas fait mouiller !
    
    — Oh, tu exagères...
    
    — Dis-moi aussi : ça fait combien de temps que tu n’as pas fait des choses depuis que tu as quitté ton dernier copain, même une simple branlette ?
    
    — Euh, oui, bon...
    
    — Et dis-moi que ça ne t’excite pas de nous voir faire !
    
    — Bon, c’est vrai que c’est un peu excitant, mais...
    
    — Alors pas de, mais, profite, branle-toi toi aussi. Mieux : comme ...
«1234»